Bizarre

Votre horoscope tribal du 21 janvier 2017

Horoscope tribal postapmag
© Caroline / Fotolia

Votre horoscope tribal de la rentrée 2017.

Quoi de neuf dans le vieux monde (ou l’inverse) ? Tout ça, entre autres !

Horoscope tribal postapmag

© Caroline / Fotolia

POCHARDS
Vous êtes un certain nombre à avoir envie de picoler en ce moment, ou de soleil, ou des deux. Fort heureusement, le Business Insider a pensé à vous, avec son tout nouveau guide des « Destinations de vacances aux bières les moins chères du monde », du Costa Rica (2,89 €) à la Bulgarie, en passant par Prague (avouez, vous y aviez pensé), le Mexique ou l’Italie. Les photos font rêver sans même avoir besoin de s’en jeter un.

CHASSEURS
Vous aimez tâter du calibre 12 ? Ne ratez pas cette occasion de rendre service. Direction le Brésil, si ça ne vous dérange pas, où les chauve-souris vampires ont commencé à s’attaquer à l’homme. Jusqu’ici, nous apprend FastCoexist, la chauve-souris D. Ecaudata ne s’est jamais attaquée à l’humain.

chauve-souris vampire morsure humain

Chauve-souris vampire de type Desmodus rotundus au zoo de Louisville, CC Trisha Shears / Wikimedia Commons

En effet, apprend-on au passage, pouvoir se nourrir de sang nécessite un métabolisme spécifique, fruit d’une évolution ultra-spécialisée (des canines qui vont bien pour percer la peau, de la salive qui empêche le sang de coaguler, un système digestif qui sépare l’eau du sang, ce qui rend impossible le stockage de graisse). Rien, toutefois, dont la suppression maladive de leur écosystème et donc de leur sources de nourriture ne puisse enfin modifier. L’équipe du professeur Enrico Bernard, de l’Université Fédérale de Pernambuco à Recife, est formelle : les déjections des chauves-souris vampires des forêts de Caatinga au nord-est du Brésil contiennent du sang d’humain et de poulet, conséquence logique de la disparition des oiseaux qui constituaient jusqu’ici leur plat préféré. Vous voulez bien nous liquider tout ça ?

Nota Bene : si votre passion, c’est plutôt de fouiller dans les déjections de chauve-souris, vous pourrez aussi rendre service et faire coup double. Ne traînez donc pas !

HYPOCONDRIAQUES

clinique high tech californie forward

© Goforward.com

Bonne nouvelle pour vous, puisque c’est peut-être bien l’un de vos rêves qui vient de se réaliser, avec la création de Forward, une startup de San Francisco, qui a pour ambition de révolutionner notre rapport à la santé et à la médecine. Le principe consiste à payer un abonnement de 149 $ (environ 140 €) mensuels pour avoir accès à volonté aux services d’une clinique privée : examens, prescriptions et, surtout, traqueurs d’activité et autres applications à même de collecter des données sur votre mode de vie et vos indicateurs de santé (la tension artérielle notamment) ? C’est cadeau ! Emménager chez son docteur et, surtout, cultiver sa santé avant de tomber malade, c’est donc possible ! Le projet est décortiqué en détail juste là, par la Technology Review.

POTHEADS
« Potheads » : c’est ainsi qu’on surnomme, aux États-Unis, les accros à la marijuana (« pot », en argot anglo-saxon).

À ceux-ci sourit l’avenir, avec la légalisation progressive de Marie-Jeanne, y compris pour un simple usage récréatif, en Amérique du Nord. Mais un homme a décidé de s’attaquer à un problème majeur de ce marché qui là-bas pèse déjà, d’après Forbes, 6,7 milliards de dollars et pourrait représenter jusqu’à 20 milliards en 2021. Quel problème ? Écoutons donc Adam Bierman, l’homme qui a décidé de s’y attaquer : « Quand on étudie ce à quoi les gens pensent quand on leur parle de coffe-shop, ils imaginent tout de suite un endroit décoré de posters de Bob Marley. Et ça, c’est pas du tout mainstream. Ce n’est pas comme ça qu’on fait croître son business et pourtant, pour une raison qui m’échappe, c’est comme ça que les vendeurs d’herbe pensent faire du profit. Il est temps de changer tout ça. »

Un relooking, une aide à la culture de cannabis et dans l’ensemble une professionnalisation des acteurs concernés sont donc quelques-uns des services proposés par le fondateur de MedMen, cette très bien-nommée boîte de consulting dédiée à la marijuana.
 

Mais Adam Bierman n’est que l’un des nombreux entrepreneurs à l’assaut de ce marché colossal interviewés par le International Business Times, qui consacre cette semaine un article passionnant au sujet de « Ces business qui rendent la marijuana mainstream ». Où l’on fait également la connaissance de 1906, fabricant de chocolat à la weed proposant pour l’instant 3 barres différentes : « Go, pour l’énergie physique, Pause, pour se calmer et méditer, et Midnight, pour plonger dans un sommeil profond et reposant ». Bonus : ces produits sont garantis « sans pesticides, fongicides ou acaricides ». Rappelons toutefois que le cannabis, c’est vraiment très très mauvais à la santé.

GALACTICOPHILES
Galactophiles est le mot qu’on vient d’inventer pour désigner les passionnés de l’espace et sa conquête mais, si vous avez plus sexy à nous proposer en commentaire, on est preneur. Quoiqu’il en soit, c’est là aussi plutôt une bonne nouvelle qui attend ces derniers, grâce à la sortie du jeu pour iPhone Space Science Investigations : Plant Growth, directement développé par la NASA. L’appli vous permet de vous balader dans une reconstitution fidèle, au rivet près, de la Station Spatiale Internationale et d’y jouer votre Thomas Pesquet mais, surtout, de vous frotter à l’art difficile de cultiver des plantes dans l’espace.

NASA application ISS

Capture d’écran du jeu, © NASA

« Le jardinage spatial va prendre de plus en plus d’importance à mesure que s’allongera la durée des missions », a expliqué le chef de projet Sharon Goza à Gizmodo, qui a testé le simulateur et s’enthousiasme pour les quelques feuilles de laitue que le journaliste est parvenu à faire « pousser », en jouant sur les divers paramètres à sa disposition comme la lumière, l’air et l’eau. « Pas seulement parce qu’elles peuvent fournir une grande variété de nutriments », précise-t-elle, « mais aussi pour ses bénéfices psychologiques. »

NASA jeu vidéo plantes

© NASA

Tentés ? C’est par ici pour Apple, et par là pour Android.

GLOUTONS
Alléluia ! Le rêve de votre vie est arrivé, avec la sortie au cinéma du Fondateur, le biopic du fondateur de MacDonald’s signé John Lee Hancock. Le Fondateur (« The Founder » dans sa langue originale) suit donc les pas de Ray Krox (interprété par Michael Keaton), l’homme qui a eu l’idée de racheter en 1961, aux frères McDonald, leur franchise de restaurants de hamburgers… Et leur procédé de fabrication à la chaîne.

On connaît la suite (« Le 20 novembre 1984, Ed Rensi, alors président de McDonald’s USA, sert à Richard McDonald (qui fut le premier cuisinier aux fourneaux) le 50 milliardième hamburger McDonald, au cours d’une grande cérémonie à l’hôtel Hyatt de New-York », d’après Wikipedia). Surtout, n’oubliez pas de vous munir d’un petit billet pour vous acheter un bon gros paquet de pop-corn afin de profiter pleinement de la séance. Plus d’infos en ligne ici !
 

Laisser un commentaire

*