Nichés très exactement entre le Roman Noir et le Nature Writing, Les Animaux hurlent l’humain dans son obscurité. Et espèrent parfois, quand il est capable de lumière.

C’est une histoire d’amitié, de rédemption, de violence des liens, de leurs douceurs aussi, de liberté, de peurs, de passé, de futur, de résignation et d’espoir. C’est d’ailleurs fascinant combien de choses peuvent entrer en deux personnages essentiels et deux périodes différentes. Si différentes.

Et puis il y a les animaux évidemment, ceux qui forment à eux seuls un des protagonistes à part entière, à plusieurs parts entières. Pourtant ils sont silencieux ou presque, simples observateurs, impuissants, enfermés dans leurs enclos d’un refuge au fond de l’Idaho. Ça sent la neige à plein poumons, le bois de la forêt aussi. Et puis ça mord de froid, de vent, de rayons de soleil. C’est plein de la Nature elle-même, impérieuse, aussi taiseuse que les animaux spectateurs, témoin elle aussi de l’homme se débattant pour s’échapper de lui-même.

Il ne faut pas trop en dire de ce livre. Il faut simplement avertir de ne pas se perdre dans l’alternance des périodes, et vivre ce désespoir.
Un joli roman noir cousu de pelages bruns.

Commander directement sur

Decitre