Sur l’île de Bornéo en Indonésie, l’un des écosystèmes les plus riches en biodiversité est menacé d’extinction. Depuis l’arrivée des sociétés minières et la multiplication des plantations de palmiers à huile, la population autochtone du Kalimantan lutte pour préserver la culture Dayak.

Le projet indonésien Dayak Voices, soutenu par Engage Media, un organisme australien de création de vidéos de sensibilisation à but non lucratif, met en lumière les effets de la déforestation sur les populations Dayaks. Le documentaire, qui montre la nécessité de protéger un environnement fragile, donne une voix à ces communautés rurales oubliées.

Dans cette région du monde, le peuple Dayak fait un avec la nature. Celle-ci constitue le cœur de son économie et de ses savoir-faire traditionnels : médecine, chasse, pêche, agriculture, fermes d’hévéa et de caoutchouc… La vie du peuple Dayak est intimement liée à la nature et à la forêt de Bornéo. Ce lien d’interdépendance avec les ressources naturelles est aujourd’hui menacé avec l’arrivée des industries minières, qui n’est pas sans rappeler un pan de l’histoire coloniale. Depuis plusieurs mois, un rapport de destruction et de domination s’est instauré entre les Dayaks, dont la culture est menacée par la déforestation, et les industriels qui voient leurs terres ancestrales surtout comme autant d’intérêts économiques.


Pour pousser les habitants à quitter ces terres fertiles, les sociétés minières ont poussé des lois qui interdisent aux populations indigènes de cultiver. Comment rivaliser face à ces conquérants qui ont la manne sur l’économie locale du Kalimantan ?

La chasse et la pêche deviennent plus difficiles. Avec la détérioration de l’air et de l’eau, de nouvelles maladies apparaissent. Tandis qu’une partie du peuple Dayak a été contrainte de vendre ses terres et de travailler dans les plantations de palmiers à huile, d’autres sont restés pour défendre leur culture, leu peuple et leur territoire. Coûte que coûte. Même au prix de leur santé.

Peuple Dayak Kalimantan Bornéo

Dayaks sur un radeau, 1864 CC KITbot / Wikimedia CC
© Tropenmuseum, Musée National des Cultures du Monde d’Amsterdam

Les peuples Dayaks du Kalimantan tentent de s’adapter avec les ressources qu’il leur reste. Ils entretiennent un double espoir, celui de restaurer l’équilibre de leurs terres ancestrales, et pouvoir se développer à travers le tourisme et la pêche. Aujourd’hui ils en appellent à la communauté internationale pour les aider à protéger leur culture ainsi que la forêt de l’île de Bornéo, second poumon vert de la planète après l’Amazonie.

Centre de préférences de confidentialité