Vous aimez tâter du calibre 12 ? Ne ratez pas cette occasion de rendre service. Direction le Brésil, si ça ne vous dérange pas, où les chauve-souris vampires ont commencé à s’attaquer à l’homme.

Jusqu’ici, nous apprend FastCoexist, la chauve-souris D. Ecaudata ne s’est jamais attaquée à l’humain.

En effet, apprend-on au passage, pouvoir se nourrir de sang nécessite un métabolisme spécifique, fruit d’une évolution ultra-spécialisée (des canines qui vont bien pour percer la peau, de la salive qui empêche le sang de coaguler, un système digestif qui sépare l’eau du sang, ce qui rend impossible le stockage de graisse). Rien, toutefois, dont la suppression maladive de leur écosystème par l’humain et donc de leur sources de nourriture ne puisse donc modifier.

L’équipe du professeur Enrico Bernard, de l’Université Fédérale de Pernambuco à Recife, est formelle : les déjections des chauves-souris vampires des forêts de Caatinga au nord-est du Brésil contiennent du sang d’humain et de poulet, conséquence logique de la disparition des oiseaux qui constituaient jusqu’ici leur plat préféré. Vous voulez bien nous liquider tout ça ?

Nota Bene : si votre passion, c’est plutôt de fouiller dans les déjections de chauve-souris, vous pourrez aussi rendre service et faire coup double. Ne traînez donc pas !