Image Une Édito Typo

L’édito de l’été 2022

Une tribune sous forme de nouvelle, par Julien Millanvoye.

13 juin 2022.

À la fenêtre, un ciel bleu, quelques traînées blanches. Un oiseau passe. 

Son attention se reporte sur la cuisinière : l’eau frémit.

Elle la verse et, avant d’y ajouter le sachet de thé, approche le mug de ses yeux… Puis l’éloigne, puis le rapproche.

Pourquoi lui ? Pourquoi ce mug-là, précisément ?

Voilà quelques semaines, sur Utip, la twitteuse N’cha, « Compte de détournement massif de l’argent des citoyennes en but de financer la révolution » a mis en vente sur sa boutique un mug autoproduit, avec pour toute décoration le message de Manuel Valls annonçant « Adieu Twitter », d’un côté, et de l’autre la mention « Ce compte n’existe plus » qu’affiche désormais son profil.

Elle a voulu l’acheter, a hésité un jour, deux, et la pièce, produite à un seul exemplaire, est partie en quelques heures.

Voilà une tasse qui aurait un sens.

Mais celle-ci ? Elle l’avait trouvée jolie, elle l’avait achetée. Il y a bien 5 ans. Rapidement, elle était devenue l’une de ses tasses officielles de thé matinal, quand d’autres étaient réservées au café, d’autres aux infusions, d’autres encore à qui elle recevait.

Pourquoi cette tasse-là et, surtout, qu’est-ce qui avait encore un sens, ici, dans cet appartement au sixième étage, avec vue sur le ciel et, au loin, sur les premières tours de la banlieue ?

C’était l’époque où, quand on voyait quelque chose qui nous plaisait, on l’achetait.

Notification.

Elle dépose le sachet de thé dans le récipient blanc et bleu, à rayures en diagonales, qui rappelle vaguement les parasols de plage, la mer et ses vacances au Portugal quand elle avait 22 ans et que le monde lui appartenait.

The New Arab, « Un site d’information d’information basé à Londres du groupe Faadat Media ».

« La nature irakienne au bord du désastre à l’approche d’une nouvelle tempête de sable »

Neuf tempêtes de sable d’ampleur ont frappé le pays depuis le mois d’avril, rappelle d’abord l’article.

Sarwat Qaradaghi, président de l’ONG kurde Nature, explique :

« La pollution a atteint un niveau dangereux, en raison des conséquences directes qu’elle a sur la déforestation, les tempêtes de sable, la désertification, les pénuries d’eau, les mouvements de population qui en découlent et l‘assèchement des nappes phréatiques. ». Il accuse les autorités de la région d’indifférence, et même de complicité passive, d’accord tacite avec les entreprises et les magnats de l’économie, quels que soient les ravages causés par leurs activités.

Il pointe également d’autres facteurs, précise le journal : « Les forages pétroliers, les réductions des débits des fleuves en provenance d’Iran et de Turquie, voulues par ces pays, les guerres et les bombardements, les puits que l’on creuse toujours plus nombreux et profonds, l’absence d’usines de recyclage, l’augmentation du nombre de voitures, et la pollution des terres agricoles. D’une manière générale, » écrit le correspondant local Dana Taib Menmy, « la pollution de l’eau, de l’air et du sol dans tout l’Irak est une menace imminente sur son environnement. Les égouts et les déchets industriels sont souvent déversés directement dans les principaux fleuves, sans filtration, contaminant les deux sources majeures d’eau potable que sont les lacs Dukan et Darbandikhan. »

Elle repose le téléphone. Le thé est prêt. Elle trempouille un poil plus le sachet puis le jette et s’assoit dans son fauteuil, face à la fenêtre.

I Have a Dream, webradio sise au Pays Basque, passe de la techno indienne légèrement planante.

Notification.

Gizmodo, « Tech. Science. Culture. »

« Des plateformes de cryptomonnaie suspendent les retraits alors que le Bitcoin s’effondre de 13 %.

Le réseau de cryptomonnaie Celsius a interrompu toute forme d’échange monétaire, y compris les retraits, annonce un communiqué de presse diffusé cette nuit. Ce geste inhabituel intervient alors que les cryptomonnaies se sont effondrées tout le week-end, et il n’est pas certain que Celsius autorisera un jour ses clients à récupérer leur argent, en raison du langage quelque peu équivoque utilisé dans ses conditions de vente.

[…]

Binance a également interrompu toutes ses transactions dès lundi.

[…]

Celsius, qui revendique 1,7 millions d’utilisateurs, permet d’échanger et d’investir dans les principales cryptomonnaies comme le bitcoin (-13 % ces dernières 24 heures) ou l’ethereum (-17 %), en promettant des bénéfices élevés aux détenteurs (ou « détienneurs », selon l’argot de la communauté).

[…]

Ses conditions générales de vente précisent explicitement que, en cas de faillite, aucun investissement ne peut être récupéré. »

Pour illustrer l’article, Gizmodo, racheté en 2015 par G/O Media, propriété de la société de capital-investissement Great Hill Partners, a choisi une image du fondateur de Celsius, Alex Mashinsky portant un t-shirt au logo de la marque, sous lequel s’affiche le slogan « Les banques ne sont pas vos amies. »

Elle repose le téléphone.

*

**

En effet, les cryptos ne sont pas nos amies, mais les banques non plus. C’est un développement intéressant de l’histoire mondiale. Les banques furent un temps, au moins par essence, au moins en théorie, de simples sociétés de service. Vous pouviez y entreposer votre argent en sécurité. Émettre des chèques. Peut-être faire fructifier votre argent. Thésauriser. Quand sont-elles devenues de simples organes de coercition, strictement obligatoires, plus encore qu’une carte d’identité, ou qu’envoyer ses enfants à l’école, extorquant sans remords de l’argent aux plus pauvres dès qu’ils plongent à découvert, imposant leurs décisions —retirer de l’argent désormais vous coûtera de l’argent, les chèques maintenant on n’en veut plus—, exigeant le paiements d’absurdes frais de dossier sans pitié ni grâce… et, pour la plus grande part, occupant votre argent, sans vous demander votre avis, vous laisser le choix ou vous proposer d’autres options, à financer, de fait, la destruction accélérée —mais rémunératrice— du globe, de notre habitat, de notre abri, de notre seul refuge dans un univers hostile et mortel ; ou plus bêtement dans l’économie casino des années 1990-2000, dont l’effondrement en 2008 a mené l’Europe, au moins, dans une crise qu’elle n’a toujours pas fini de payer ?

Il faudrait enquêter là-dessus. Il y a bien un livre là-dessus. Sûrement chez David Graber.

Dans Internet for the People, The Fight for our Digital Future, Ben Tarnoff ne répond pas à cette question mais à celle de la privatisation de l’Internet, projet public à l’origine. Comment est-elle arrivée ? Pourquoi ? Quelles sont ses conséquences ? 

« Il faut arrêter d’employer le terme de « plateforme » pour parler des majors du Net, comme Google, Amazon ou Facebook », explique-t-il en substance au podcast Tech Won’t Save Us. « C’est un vocabulaire très sexy, qui fait croire que ce sont des portes ouvertes sur le monde, qu’elles promeuvent la liberté, l’autonomie… Mais un terme plus juste pour parler d’elles, plus fidèle à ce qu’elles sont, à ce qu’elles font au quotidien, ce serait celui de mall, de centre commercial. Cet Internet-là, celui qui s’est construit depuis la privatisation de ce service, c’est cela : un centre commercial. Des centres commerciaux. »

Elle se souvient de l’Internet d’avant. Du tchat sans pubs. Des messageries qu’aucun robot ne lisait pour vous vendre et vous revendre les sous-vêtements, les thermomix, les crédits et les peintures à l’eau qu’ils sont payés pour vous faire acheter.

Elle n’a pas oublié l’accès gratuit et immédiat à tout le savoir de la planète ni la possibilité d’accéder, immédiatement, de partager et de télécharger, gratuitement, littéralement toute la musique et tous les films du monde.

Ça fit hurler les artistes, à l’époque. Enfin… la petite dizaine de vieillards ou de « fils de » bien installés qui ne se contentaient pas de vivre de leur art, mais qui voulaient eux aussi croquer le luxe, les montres, les palaces, les manoirs et les bateaux que vomissaient sur nous aussi bien les films de mafieux que les suppléments week-end des magazines économiques.

Ça fit hurler les maisons de disque, ça oui —et notamment leurs petits tyrans de salon, abrutis de théories commerciales ou marketing inappropriées au monde mouvant et forcément révolutionnaire qu’est l’art.

Ils n’ont pas voulu partir.

Alors on a interdit tout ça et privatisé le reste et tiens, au fait, les artistes sont-ils plus riches, plus heureux et plus respectés aujourd’hui ?

Probablement pas. Il faudrait enquêter. Certainement pas les jeunes artistes, en tout cas, à considérer l’état psychique de la jeunesse, tout court. Elle avait longtemps plaisanté en disant que le monde avait pris son mauvais tournant quand personne n’avait ne serait-ce que songé à financer le réhaussement général des éviers et lavabos. Installés des décennies plus tôt, ils n’étaient pas adaptés aux nouvelles générations, mieux nourries, mieux soignées, et plus grandes. Alors quand on était né, disons, dans les années 1970, il n’y avait pas d’autre choix que se casser le dos plus de trois fois par jour pour se brosser les dents et faire la vaisselle, et tout le monde s’en foutait. Cassez-vous le dos, les jeunes, si vous voulez garder vos dents de jeunes et manger dans de la vaisselle propre. Ça vous apprendra à être bien nourris et en bonne santé.

Ah vous êtes aussi la génération la plus éduquée de l’histoire du monde ?

Surprise ! On met à mort la recherche, on concentre les médias et on fait de l’art un luxe.

Voilà quand ils et elles avaient appris à ne plus se respecter. Bon, c’était une plaisanterie. À l’époque. Maintenant, elle se disait qu’il y avait peut-être un peu de vrai.

Ou… Sa pensée était-elle si… quel serait le mot ? Abîmée ? Embrouillée ? Enragée ? Fatiguée ? Aigrie ? Vieille, tout simplement ? Vieille au point que…

Notification.

Middle East Monitor, « Créateur de nouvelles perspectives. »

« La grève de la faim de l’activiste anglo-égyptien Alaa Abdelfattah entre dans son 70° jour

Le blogueur, qui demande une visite consulaire et l’amélioration de ses conditions de détention, avait été arrêté en janvier 2019 et condamné à 5 ans de prison pour « diffusion de fausses nouvelles ».

Il a été battu et torturé.

[…]

Il a d’abord été enfermé dans une cellule sans fenêtre et s’est vu refuser tout accès à des stylos, des livres ou à la possibilité d’envoyer du courrier.

[…]

Face à la pression occidentale, il a été transféré à la prison de Wadi El-Natroun, où il a eu accès à des soins, et ainsi obtenu la possibilité de dormir sur un matelas pour la première fois en trois ans. »

Elle relève les yeux.

Lui apparaissent différemment le bureau, à côté de lui le canapé, le tas de vêtements à repasser, le cadre de la fenêtre, le ciel, le nuage au loin, les cheminées et les sorties d’air, les murs, le mur, la poignée.

Masses monstrueuses et molles, en désordre —nues, d’une effrayante et obscène nudité.

Tout cela existe. Tout cela.

Nausée.

Notification.

USA TODAY, « Des informations, pas du bruit. »

« « L’heure du jugement est proche » : l’état fédéral estime que des mesures drastiques sont nécessaires pour que se remplissent le lac Mead et le fleuve Colorado

Une représentante fédérale du service de l’eau a déclaré aujourd’hui au Congrès que l’avenir s’assombrit pour le fleuve Colorado, et pour la pénurie d’eau dans le système qu’il alimente.

Il faudrait réduire de 2 à 4 millions d’acres la quantité d’eau ponctionnée d’ici 2023, simplement pour que le lac Mead puisse continuer à exister et donc à fournir de l’eau potable, de l’irrigation et de l’énergie à des millions d’habitants.

[…]

Le niveau d’eau n’est plus qu’à 28 % de sa capacité totale.

[…]

J. B. Hamby, le directeur de l’Imperial Irrigation District, a déclaré : « Nous souhaitons trouver une solution. Mais nous avons d’autres problèmes à régler, à commencer par celui de la mer de Salton. »

[…]

Il explique que le bureau de « Reclamation », qui gère les ressources en eau au sein du ministère de l’Intérieur, les représentants de la Californie et le District font face à « un choix de Sophie » entre sauver le lac Mead ou la mer de Salton, qui s’assèche elle aussi rapidement, et bénéficie du fait que les agriculteurs locaux s’approvisionnent au lac Mead.

« Vous avez deux lacs, vous ne pouvez pas sauver les deux », résume-t-il ».

Elle enfile ses chaussures et vérifie rapidement le contenu de son sac : porte-monnaie, portefeuilles, bouteille d’eau, pochette à maquillage, serviette, miroir de poche, le téléphone et les clés vont les rejoindre, son baume à lèvres, son marteau, son burin.

C’est l’heure. Il faut aller travailler.

Parce qu’il faut aller travailler.

Qu’il fasse 40° dehors, que la Russie envahisse l’Ukraine un matin sans prévenir, choquant le monde entier et blessant le continent au plus profond ; que trépasse votre enfant ou que des fous de Dieu interdisent ici l’avortement ou, là, l’instruction aux filles ; que l’école agonise ou que l’hôpital public meurt ; que vous ayez une peine de cœur ou que votre meilleure amie vous annonce son cancer ; que votre chien soit malade ou que vous vous sentiez étrangement fatiguée ; que votre père bascule dans la démence ou votre mère dans la dépression ; que vous n’ayez tout simplement, ce matin, ni désir ni même rien à faire ; que votre emploi ait un sens ou non, qu’il contribue au bien-être de vos semblables, du pays, ou du monde, ou non ; que les extra-terrestres débarquent ou que s’écroule le World Trade Center ; que vous n’ayez plus de quoi payer un cinoche à vos enfants ou qu’une manifestation mondiale s’ébroue pour arrêter une folle guerre ; que vous ayez envie d’empêcher la destruction d’une forêt toute entière, ou d’aider des réfugiés politiques à survivre à la nuit ; que vous ayez décidé de lutter contre une addiction ou simplement, aujourd’hui, de profiter d’un soleil encore tendre avant les jours brûlés ; il faut travailler.

C’est la seule injonction du pays, le seul ordre, le seul mot d’ordre. Travaillez parce que rien d’autre ne compte. Il est tout simplement interdit de s’arrêter plus d’un jour tant qu’on est, comme au service militaire, physiquement apte, ne serait-ce que pour faire le point sur soi-même, pour retrouver l’envie de vivre, l’énergie de savoir pourquoi, pour rallumer la lueur éphémère, flottante, scintillante, qui au fond de vous témoigne que l’identité n’est pas qu’un mythe, de surmonter tout à coup une crise existentielle… C’est interdit, même pour lutter contre l’envie grandissante de tuer ses collègues, ses voisins, son patron.

Et travailler c’est collaborer au système, quoi qu’on fasse, le nourrir et l’aider aller plus loin, plus vite et plus fort, en un mot : plus brutalement.

On peut prendre un jour, si votre maître à le bonheur d’être compréhensif.

Il sera généralement consacré à la lessive et au ménage. 

Il faut travailler, sous peine de froid et de faim.

Si ses compétences ou son dévouement ne sont pas reconnus, il faut au moins montrer qu’on est prêt à tout pour travailler, pour justifier une pitance calculée juste suffisamment pour vous permettre de survivre mais pas d’exister. Tout accepter, passer ses journées non à se soigner, à grandir, à s’occuper de soi, de sa famille, de ses proches, mais à éplucher des offres d’emploi, à postuler, encore et toujours, même et surtout si vous êtes arabe et qu’à la seule mention de votre nom les portes se ferment l’une après l’autre ; même si les refus sans cesse, ni rime, ni raison, vous abattent et vous détruisent un peu plus ; même si vous voyez, même si vous savez que la République court à sa fin et le monde à sa perte —précisément parce que vous êtes forcé d’obéir et de courir dans la même direction que tout le monde, vers le précipice, là au bout, qui vous attend, vous, vos frères, vos sœurs, vos aînés et vos enfants. S’arrêter, ce serait trahir le groupe, et le groupe ne pardonne pas.

Le 22 avril dernier, l’écologiste américain Wynn Alan Bruce s’est immolé par le feu devant la Cour Suprême de Washington. Il est mort de ses blessures le lendemain.

Le blé meurt, le sol s’assèche, les oiseaux meurent, les insectes meurent, les poissons meurent, les mammifères meurent, les arbres meurent, l’herbe —l’herbe !— meurt, le papier manque, les semi-conducteurs manquent, le carton manque, le sable manque, l’eau manque, l’air nous empoisonne, les maladies arrivent, voler des pâtes mène en prison mais détourner l’argent par millions vous conduit à la télé, et la démocratie meurt mais, surtout, il faut travailler.

Contester les règles du jeu, s’abstenir d’y participer, rester sur le bord du quai plutôt que songer s’y jeter, c’est la mort sociale, des plaisirs, des voyages, de la culture, de l’insouciance et c’est renoncer aux mets qui ne tuent pas à petit feu. 

C’est interdit.

40 ans, au moins, que…

Notification.

The Drum, « Le marketing peut changer le monde. »

« La campagne pour les 90 ans de Lego encourage les enfants à mettre le jeu au cœur de leur vie quotidienne 

Lego a lancé une vaste et nouvelle campagne de communication, qui met l’accent sur l’importance du jeu dans la vie quotidienne des enfants comme des adultes, afin de marquer les 90 ans de la compagnie, qui seront célébrés plus tard dans l’année.

Une nouvelle vidéo étendard, titrée « Nous sommes tous des bâtisseurs », montre comment construire avec des Lego peut aider les enfants à devenir des adultes qui seront prêts à bâtir quand ils entreront dans le vaste monde —à la fois au sens littéral, de l’ingénierie et du design, et au sens figuratif, celui d’une attitude de « constructeur » dans les relations, l’estime de soi et la résolution des problèmes au quotidien.

« Depuis toujours, c’est un aspect inhérent à l’être humain, et unique à lui, que de construire », affirme la voix off du spot. »

… Bien sûr car les animaux ne construisent ni nid ni piège ni abri ni toile ni barrage ni société ni relations ni culture ni avenir, et la nature n’a jamais rien fabriqué, songe-t-elle…

« Nous ne pouvons pas nous en empêcher. C’est en nous, construire, prendre le monde tel qu’il est pour en faire autre chose, quelque chose de plus amusant, de plus grand, de plus gros ou de plus étrange. »

Elle aimerait vraiment savoir combien a été payé l’auteur ou l’autrice de ces lignes immortelles.

On aurait pu construire un autre monde pourtant, d’ailleurs, mais c’est interdit, ce fut empêché, ce fut nié.

Il y a 30 ans il aurait fallu planter des arbres.
Interdire les voitures.
Faire des vraies prisons, où l’on rééduque, où l’on prend soin, et des vrais services psychiatriques, où l’on a le temps d’écouter, de parler et de prendre soin.
Ouvrir les frontières plutôt que s’enfermer derrière elles comme dans un cachot.
Accueillir les Afghans, massivement. Entre autres. 
Réformer l’école, pour qu’elle s’adapte à une ère où l’on peut s’éduquer autrement et différemment, autant que se désinformer, depuis le fond de sa poche.
Ériger la sobriété en vertu, non son opposé.
Financer à ce sujet des campagnes publicitaires.
Planter des éoliennes et édifier des fermes solaires. 
Réquisitionner les logements vides pour les sans-abris.
Voter le revenu minimum d’existence.
Bâtir l’Europe verte et sociale.
Baisser les salaires des « capitaines d’industrie » pour à ces postes attirer, précisément, les plus désintéressés.
Jamais ses idées ne traversèrent l’écran des téléviseurs, autrement que moquées, tronquées et caricaturées.
Et maintenant, après le cynisme, c’est le sadisme qui s’y répand.
NO LOGO !

Ce n’est pas tant le monde que l’on perd que celui qu’on a raté, qui est la tragédie du siècle.

Elle comme tant d’autres suppliaient, déjà, il y a 20 ans, et d’autres encore avant elle sans que jamais, jamais, jamais, ces revendications, propositions, solutions et arguments ne soient repris, entendus, écoutés, par le moindre média télévisé —alors les vrais rois du monde.

*

**

Elle est dans le bus.

Notification.

The Guardian, « Ouvert à tous, financé par les lecteurs. »

« Découverte : les guides de dessin créés par Pablo Picasso pour sa fille

La collection inédite bientôt exposée à Paris montre comment l’artiste apprenait à sa fille à représenter les visages, les animaux et les oiseaux. »

Elle avait cru, quelques temps, que la nouvelle génération, enfin, au bout de la troisième à grandir dans cet égout sordide et malfaisant qu’on appelle le monde d’aujourd’hui ferait changer le monde.

Mais celle-ci est déjà bien trop abîmée, meurtrie, étouffée et désespérée pour agir, pense-t-elle. Et trop soumise aux écrans. Trop habitée par eux et leur discours néo-managérial et toxique.

Enfin, non, peut-être est-ce elle, simplement, que la vie a commencé à vaincre et qui pense comme une vieille conne.

Mais quand bien même. 

À part en Tunisie —et encore, les jours de la révolution, là-bas, sont bel et bien en péril— quelle révolte a réussi à inverser le cours des choses ? En France, en Iran, au Liban, à Hong Kong ? Aux USA ? En Égypte ? À Madagascar ? En Russie ?

Les drones, la reconnaissance faciale, les balles en caoutchouc, les bombes de piment, les grenades, l’impunité policière et la prison, et s’il le faut les fusils d’assaut, les canons à ondes et les ultrasons, comment résister à ça ? À moins de basculer dans le terrorisme ?

Elle descend du bus.

Quand elle se battait contre tout cela, on lui rétorquait qu’elle se battait contre la paix. Contre un monde qui assurait la paix, la prospérité, le progrès.

Et maintenant c’est la guerre, la ruine et la réaction.

Notification. 

Alerte canicule.
Bientôt 40° C, protégez-vous !

Elle descend du bus et s’évanouit dans la foule. Elle va consacrer sa pensée et son énergie à faire patienter des clients insatisfaits que les chaleurs à venir rendront encore plus fous et rageurs, payée par une marque qui lui ment et leur ment.

Elle descend du bus et entre dans l’histoire. Comme les milliards d’être humains de la planète, elle fera partie des témoins et acteurs, des prisonniers et des combattants, des victimes et des bourreaux des temps qui s’ouvrent. 

Sans même fermer les yeux, elle voit très clairement débarquer les torrents d’horreur qui se dévoilent, pour elle et les autres, quoi qu’elle ait fait, quoi qu’elle fasse, et qui s’approchent chaque jour, quoi que l’on pense, quoi que l’on dise.

Elle se demande : que ferait un garde de Minas Tirith à ma place ?

Elle frissonne, plonge la main dans son sac. Elle y sent la présence du marteau, du burin. 

Elle a décidé que tout ce qu’elle pouvait faire, c’était graver directement dans la pierre des rues, des villes, des murs, des immeubles, ses avertissements, ses craintes, ses encouragements, ses messages aux générations futures —ce sont, probablement, nos ruines, les seuls documents qui leur parviendront.

Mais qu’écrira-t-elle ?

N’écoutez jamais les riches.

Pourra-t-elle seulement témoigner, là où les caméras veillent, et les fascistes librement s’ébrouent ?

Écoutez vos rêves, mais croyez vos cauchemars.

Ailleurs, on s’amuse à construire un métavers, on avance sereinement dans le transhumanisme.

Peut-être est-ce ainsi que tourneront les temps.

Et surtout n’oubliez pas que la bourgeoisie n’a jamais hésité à tuer ses fils.

Elle, petite chose, grouille avec ses semblables dans la boue dans l’histoire. Lessivée, balayée, abandonnée.

Pardon.

C’est l’histoire qui l’engloutit, l’absorbe, l’enveloppe. Quoiqu’elle fasse, quoi qu’elle tente ; quoique nous fassions, quoique nous tentions, une dynamique mystérieuse, impénétrable et aveugle, l’essore et la fait danser à un rythme que personne n’a choisi.

Un jour on tombe dans l’histoire et l’on n’en ressort plus.

Pour elle, c’est aujourd’hui.

Alors debout les morts, c’est à nous de mourir.

C’est un peu tard, mais ce n’est pas trop tôt.

Et surtout, mille fois et partout :

NO LOGO !

Ce n’est jamais trop tôt.

Article Précédent

À Nîmes, théâtre pour tous

Article suivant

À Chamurol-sur-Baize, l’utilisation de viande à kebab comme appât à zombies fait polémique