D’assez mauvaises nouvelles arrivent du Brésil (du moins si votre truc c’est la protection de la planète, l’égalité, la démocratie et/ou l’éthique), notamment avec la remise en cause de nombreuses zones protégées de la déforestation, qui présente un grand danger pour l’environnement, et une loi travail excessivement radicale promue par un Président non élu et sur lequel pèsent de très fort soupçons de corruption (comme d’ailleurs sur ses prédécesseurs, Lula et Dilma Rousseff) et crédité d’un royal 3 % d’opinions favorables dans le pays. Manquerait plus que les brésiliens se fassent attaquer par des chauves-souris !

Il ya quelques années en arrière, le Brésil semblait être la figure de proue de l’économie du sub et semblait prendre le leadership de cette économie alternative et forte. Il incarnait les espoirs des progressistes du monde entier. Comment ce pays, à coup de corruption politique, a-t-il pu en arriver là ?

C’est la question à laquelle essaient de répondre (en anglais), Talita Tanscheit et Thaly Pogrebinschi, deux chercheuses en sciences sociales basées à Rio et Berlin, respectivement, sur Open Democracy. Cause majeure de cette régression généralisée d’après elles : un recul de la participation, de l’engagement citoyen dans les affaires du pays, que ce soit par le biais d’associations, d’élections, de conseils de quartier, de débats publics.

« Les deux piliers principaux sur lesquels reposaient les innovations institutionnelles du Brésil -une reconnaissance institutionnelle très complète de la participation citoyenne et une société civile renforcée- n’ont pas suffit à éviter que son système de démocratie participative [mis en place par le président Lula] soit réduit en poussière en moins d’un an […] Dès qu’il s’est agi [pour le nouveau gouvernement] de confisquer ces institutions participatives pour empêcher que la société civile ne puisse y exercer le pouvoir, les lois en vigueur n’ont pas été suffisantes pour leur conserver un rôle politique. »

Si vous aussi vous voulez savoir comment, simplement, on peut confisquer la démocratie et faire régresser un pays de deux décennies en moins d’un an, vous pouvez lire l’article en entier ici.

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez en cadeau le Paris-Apocalypse City Guide !

Vous serez ainsi au courant de toutes nos offres à venir, de nos événements et de nos projets d’articles ou de développement.

En soumettant ce formulaire, vous acceptez expressément que nous utilisions votre adresse mail pour vous envoyer des newsletters régulières.

Promis, nous vous spamerons pas, nous ne vous enverrons que des infos sur la vie du magazine et ses productions et nous ne communiquerons jamais votre email à des tiers.

Vous pouvez également télécharger gratuitement ce guide sans vous inscrire à notre newsletter en cliquant ici.

Non merci.