Suite de notre feuilleton de l’été consacré à notre découverte du Consulat Gaîté.

Résumé de l’épisode précédent : L’équipe de Postap Magazine a de nouveaux voisins. Partie à leur rencontre, elle découvre une sereine effervescence d’hommes et femmes au travail, qui disent être en train d’installer un mystérieux « Consulat ». Et apparemment, leur gonzo-reporter Xavier Faltot pourrait bien faire partie du lot…

Une fois montés les escaliers, un grand espace vide nous attendait, délimité par des murs de bétons brut et percés à divers endroits. Pour toute décoration, deux poubelles : recyclable / non recyclable. L’endroit était propice à la rêverie. On pouvait imaginer d’y installer toutes sortes d’équipements sexys : des sas de désinfection, des caisses de masque à gaz, des dressings pour combinaisons anti-radiations… Le bonheur. Une voix familière nous sortit de notre songe diurne.

« Et là, on mettra des plantes vertes, plein, partout… »

Elle surgissait d’un espace à notre droite, et son ton enthousiaste sur débit mitraillette ne pouvait pas nous tromper plus longtemps : Xavier, dont nous avions perdu le contact peu après qu’ils nous eut envoyé les coordonnées GPS du lieu, se trouvait bien là. Mais était-il libre de ses mouvements ?

cellule multimédia consulat process

« Le Process » de la cellule multimédia du Consulat © Postap Magazine

 
« Postap !
– Xavier ! Qu’est-ce que tu fais là ?
– De la radio sur Gangsterre.fm
– Ah bon ? Mais vous émettez déjà ?
– Bien sûr, du son et des émissions qu’on peut aussi retrouver sur Soundcloud…


 
Et puis des vidéos et des… Viens, je vous fais visiter la cellule multimédia du Consulat. Là, c’est la terrasse, où va s’installer un jardin de permaculture. Là, mon renard empaillé, que tu connais, ici le poste de montage vidéo… L’émetteur radio, un Mac —qui va bientôt mourir d’ailleurs, il commence à faire un peu des trucs bizarres— et la table de mixage. Ici, j’ai pensé qu’on pourrait faire des entretiens radio, on mettra une porte de prison comme ça les gens pourront jeter des cacahuètes aux journalistes. Là c’est le bar et —ah, attention, faut pas se pencher ici…
– C’est quoi ? On peut s’approcher ?
– Julien, non ! »

Il n’y eut pas de flash, pas de bang, juste le petit plop provoqué par l’air quand il emplit soudain un espace auparavant occupé.

« Ah… Julien est tombé dans le vortex. »

De fait, dans un coin, haut d’à peine un mètre, de forme vaguement tétraédrique mais n’obéissant à aucune loi de la géométrie euclidienne, agité de courants contradictoires, éclairé d’images floues et changeantes, parcouru de couleurs n’existant pas dans notre univers, produisant un léger bourdonnement d’électricité statique, bombardant l’environnement de neutrons en masse, tournait et vibrait un vortex peu amène.

« Les gars… On a encore perdu un éditeur dans le vortex », se plaignit Xavier à l’équipe de production qui venait de rejoindre la cellule multimédia, ordinateurs portables sous le bras.
« Oui », lui répondit l’un d’entre eux, un jeune homme dont, supposa-t-on d’instinct, le contraste entre la chevelure poivre et sel et le teint hâlé avait fait fondre plus d’un cœur au cours des ans, « les mecs passent vendredi pour l’enlever.
– Bon, vous inquiétez pas », reprit Xavier à l’adresse de la rédaction, « il va ressortir, ils ressortent toujours. Asseyez-vous », ajouta-t-il en désignant un canapé en cuir.

 
Cyprien prit place, vaguement inquiet. Marjorie en fit autant, en reprenant sa lecture.

« Donc, bienvenue au Consulat. Ici, c’est… »
Il fut interrompu par un « Wouf » tout juste audible. Julien venait de réapparaître. Il avait le teint pâle, les yeux un peu effrayés, et une barbe d’une semaine.

« Quand suis-je ? » demanda-t-il après s’être massé les joues puis le front.
« Euh…
– J’ai vu… J’ai vu… J’ai vu la possibilité de faire des sliders incroyables, un développeur à l’autre bout du monde en train de coder sur un portable, j’ai vu un jardin intérieur qui s’appellera La Pachamama, un globe terrestre du XIX° siècle qui est un bar qui contient du single malt des Highlands, un documentaire sur les néos-ruraux, un autre sur la démocratie, une brocante d’art contemporain, une journée mondiale des réfugiés, un bar dans Paris où le demi ne serait qu’à 3,50 € et où on te répondrait poliment quand tu essayes de consommer… J’ai même vu qu’il ferait beau, certains jours, cet été, à Paris… J’ai vu des textes à produire sans fin, et un domaine où l’amour sera roi, où l’amour sera loi… Et aussi des enfants qui jetaient des cacahuètes à des journalistes. »

Xavier sourit et cligna des deux yeux en même temps, signe chez lui d’approbation.

« Assieds-toi. »

attention trou blague consulat

Message de sécurité au Consulat Gaîté © Postap Magazine

 
Alors que, les jambes un peu flageolantes, Julien prenait à son tour place sur le canapé, Xavier se releva pour se diriger vers le globe terrestre du XIX° siècle qui ornait le coin le plus caché du salon. Il l’ouvrit, en sortit 4 verres, puis se reprit.

« Ah mince, il n’y a pas encore le whisky, ce n’est que la semaine prochaine que je pars en Écosse… »

Le vortex dans lequel est tombé l’éditeur explique-t-il l’absence de sujets la semaine passée sur Postap Mag ? Les dimensions et avenirs possibles entreront-ils en conjonction et, si oui, quel en sera le résultat ?
Pour le savoir, ne ratez pas notre prochain épisode de
Postap a de nouveaux voisins, la série d’été de Postap Magazine.

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez en cadeau le Paris-Apocalypse City Guide !

Vous serez ainsi au courant de toutes nos offres à venir, de nos événements et de nos projets d’articles ou de développement.

En soumettant ce formulaire, vous acceptez expressément que nous utilisions votre adresse mail pour vous envoyer des newsletters régulières.

Promis, nous vous spamerons pas, nous ne vous enverrons que des infos sur la vie du magazine et ses productions et nous ne communiquerons jamais votre email à des tiers.

Vous pouvez également télécharger gratuitement ce guide sans vous inscrire à notre newsletter en cliquant ici.

Non merci.