Découvrez la mélancolie sublime de Juni Habel

Écoutez, il n'y a rien de plus à dire.

Temps de lecture : 2 minutes

Le second album de la chanteuse et guitariste norvégienne Juni Habel est sorti en début d’année, mais il n’est jamais trop tard pour découvrir un aussi pur instant de grâce.

3 ans après son premier opus, All Ears (“Tout Ouïe”), elle nous offre donc Carvings (“Gravures”). Un album inspiré par le décès de sa sœur, voilà 7 ans, comme a l’a raconté à Liza Lentini, qui l’a rencontrée pour Spin :

“Je n’ai pas réussi à tout capturer dans ces chansons. Je me demandais si j’écrivais de manière trop simple, ou trop jolie. Durant ce processus, je me suis appris à moi-même que je n’ai pas besoin de tout retranscrire par la musique. Ma relation avec ma sœur… Elle perdure. Peu importe ce que je fais, la musique n’a pas tellement d’importance. C’est ce qui est bien. Je crois que durant la création de cet album, j’ai beaucoup appris, pour ne pas prendre la musique trop au sérieux”, explique-t-elle au magazine musical américain.

D’une tendre discrétion, et d’une grâce époustouflante, Carvings a été entièrement autoproduit, dans sa maison de famille —famille qui, d’ailleurs, intervient aussi en accompagnement choral ou musical.

“C’est un album sur… le souffle”, ajoute-t-elle. “Quand on expérimente ce qu’est la perte, on devient très attentif aux relations humaines, au sentiment d’appartenance. Je voulais écrire sur la beauté, la beauté des gens qui sont ensemble. Je ne suis pas inspirée par le chagrin, ou le désespoir. Je suis inspirée par l’espoir, et les gens qui sont ensemble. C’est peut-être aussi pourquoi ma famille est si importante dans ma musique.”

Carvings est disponible dans toutes les bonnes boutiques, réelles ou en ligne, et notamment sur la page bandcamp de Juni Habel.
Vous pouvez aussi la suivre sur Instagram.