Musique

Un rêve de radio

Interview Moustic Radio I Have a dream
capture d'écran © YouTube / Radio I Have a Dream

Premier volet de notre série consacrée aux meilleures webradios de France, de Navarre et de partout.

Puisque la musique est recommandée à haute dose en ces temps difficiles, PostAp a décidé de répertorier les webradios qui nous font tenir, et de rencontrer celles et ceux qui derrière les font vivre.

À tout seigneur tout honneur, pour ce premier volet : Jules-Edouard Moustic, célèbre pour son JT du Groland mais depuis, surtout, fondateur et président de la radio I Have a Dream, laquelle passe en boucle dans notre bunker, bien voulu répondre aux 7 questions musicales du magazine pour ne pas devenir fou dans un monde de dingue(s).

Un conseil bien sûr : lancez Radio I Have a Dream en suivant ce lien pour mieux profiter encore de l’interview… et de la journée !

Moustic radio Have dream
Le dirlo et sa radio © Radio I Have a Dream

PostAp Mag. Qui êtes-vous ?
Jules-Edouard Moustic. Jules-Édouard Moustic

P.M. Comment qualifier la ligne éditoriale, ou artistique, de Radio I Have a Dream ?
J-E. M. Éclectique et élégante dans la prod. C’est à mi-chemin entre FIP, sans le côté jazz pur et dur ni la musique classique (deux styles musicaux que je vais chercher, pour le premier dans le hip-hop ou l’électro, et pour le second dans les B.O. de films) et Radio Nova des débuts —et son fameux terme jamais égalé de “Sono Mondiale”.

P.M. Comment et quand est né le projet ? Est-ce une initiative solitaire, ou d’équipe dès l’origine ?
J-E. M. C’est un projet personnel, ma culture musicale de base étant celle des Afro-Américains d’où le nom “I Have A Dream”, choisi en hommage à ces personnes anonymes ainsi qu’aux artistes qui m’ont offert tant de plaisirs. C’était également un rêve, de créer ma radio.

P.M. Quelles sont les radios, animateurs ou émissions qui vous ont accompagné à l’adolescence ?
J-E. M. À mon époque, nous étions mal dotés question éclectisme. RTL la nuit, avec Georges Lang et la journée sur France-Inter, le grand Patrice Blanc-Francard et son émission “Bananas” ou, plus tard, “Marche ou rêve” avec Claude Villers.

P.M. Le premier disque que vous avez acheté ?
J-E. M. Allez-y, préparez les cailloux : THE SPOTNICKS “Orange Blossom Special” vieille chanson américaine reprise par des Suédois habillés en cosmonautes.

P.M. Le dernier titre que vous avez découvert et que vous avez envie de nous conseiller ?
J-E. M. En 2019, ALFA MIST “Door” avec Jordan Rakei extrait de son avant-dernier album, Structuralism. Un titre qui pourrait résumer à merveille la deuxième question.

P.M. 3 morceaux pour danser ?
J-E. M. Oh ! C’est très très compliqué, tellement vaste. Bon, allez je sors la roulette :

Deux nouveautés.
Pour danser tranquille dans sa cuisine en pelant une pomme :
LITTLE DRAGON,  “Hold”

Pour choisir un T-shirt en culotte ou en slip :
CHEN WEILUN,  “如夢令·常記溪亭日暮”

Et un classique.
Pour se foutre de tout un instant :
Stevie Wonder & Jeff Beck, “Superstition” (live).

Mais le mieux, c’est encore d’écouter la radio.

Plus de son du monde entier, nuit et jour, sur radioihaveadream.com.