Du Ghana au Botswana, avec les stars du Heavy Metal africain

Exploration vidéo des stars du metal africain, avec l'aide d'Edward Banchs, l'auteur de Scream for me Africa !.

Temps de lecture : 3 minutes
Gaborone Botswana Heavy Metal africain
Gaborone, Botswana. © NASA

Le Heavy Metal est-il fait pour l’Afrique ? Bien sûr, puisqu’il est, comme toute musique, international. Et qu’il saura s’épanouir dans toute audience qui aura besoin peut-être de hurler, mais surtout d’entendre, sans fard, la rage, la médiocrité et les espoirs du monde, avec une énergie toujours neuve. Toujours franche.

C’est ainsi qu’Edward Banchs, chercheur en ethnologie à Pittsburgh et lui-même « métalleux » voit les choses. Pourquoi le metal marche ?  « Parce que les groupes savent tendre, très vite, un miroir directement face à la société —et que les auditeurs répondent à l’émotion humaine dans toute sa crudité », explique-t-il pour la sortie de son livre à Malaka Gharib, pour NPR, la radio publique états-unienne.

Scream Africa Heavy Metal africain

Son dernier ouvrage, Scream for me Africa !, paru aux éditions Intellect et sous-titré « Les identités du Heavy Metal dans l’Afrique post-coloniale » explore ainsi les mouvements du genre, leurs groupes, leurs musiques, leurs fans et leurs paroles, dans cinq pays aussi divers que le Botswana, le Kenya, le Ghana, l’Afrique du Sud et le Togo.

Grâce à cet ouvrage, découvrons donc la scène métal locale, en 5 vidéos choisies de façon complètement subjective.

Arka’n Asrafokor

Les Togolais d’Arka’n Asrafokor, explique par exemple Banchs, toujours à Malaka Gharib, se servent de leur musique « pour identifier les traditions qui précédaient la colonisation, et qu’on leur a apprises dans leur propre culture Ewe, comme préserver l’environnement et s’en soucier. Ils chantent d’ailleurs aussi en Ewe. »

Suivre Arka’n Asrafokor sur Spotify, sur Facebook ou sur Twitter.

Dark Suburb

Au Ghana, Dark Suburb s’intéresse plutôt « à la misère qui ronge les bidonvilles de leur pays. »

Suivre Dark Suburb sur Spotify, sur Facebook ou sur Instagram.

Overthrust

Banchs pointe encore, au Botswana, Overthrust, l’un des rares à s’être fait connaître à l’international, jouant notamment en ouverture du Wacken Open Air Festival en Allemagne en 2016.

Suivre Overthrust sur Spotify, sur Facebook ou sur Twitter.

Vulvodynia

Difficile également de rester insensible à la poésie des titres des Sud-Africains de Vulvodynia, comme ce « Galaxies dévastées pour l’éternité »…

Suivre Vulvodynia sur Spotify, sur Facebook ou sur leur site officiel.

Skinflint

Et plus dur encore de ne pas céder aux charmes du trio botswanais Skinflint, et surtout à ce champêtre « Masque des Morts », qui date de 2013, mais a toujours bon pied bons cheveux (On l’a gardé pour la fin, parce que c’est notre préféré).

Suivre Skinflint sur Spotify, sur Facebook ou sur leur site officiel.

Article Précédent

À Abou Dabi, une start-up révolutionne le sous-marin

Article suivant

En Espagne, Au Burger qui n’a pas vécu