Aux Kiribati, la crise constitutionnelle bat des records d’absurdité

Dans la république des Kiribati, la vindicte du président contre la cheffe de l'opposition mène le pays dans une crise constitutionnelle.

Temps de lecture : 17 minutes
Image Article Crise Kiribati pour Home
© NASA

Les îles Kiribati, une république parlementaire regroupant trois archipels équatoriaux de l’Océan Pacifique, indépendante du Royaume-Uni depuis 1979, s’enfoncent dans une crise constitutionnelle digne des grandes heures des Monty Python.

Elle a atteint le stade où la séparation des pouvoirs n’est plus respectée par son président et où la plus haute juridiction du pays, la Haute Cour de Justice (qui remplit à la fois les rôles de Cour Suprême et de Conseil Constitutionnel, pour citer des équivalents certes approximatifs mais plus connus sous nos latitudes) est en train de disparaître, littéralement.

Si vous aimez les histoires de trahisons, de reniements, de vengeance et d’abus de pouvoir, alors voici un récit qui devrait vous plaire.

Blason des îles Kiribati
Le blason de la république des Kiribati.
La devise signifie : « Santé, Paix et Prospérité. »

Épisode 1 : Le Président, Taïwan et l’ambassadrice

La crise constitutionnelle aux Kiribati, qui atteint son apogée ce vendredi 12 août, remonte en réalité à 2016, avec l’élection à la tête du pays de Taneti Maamau, le leader du parti TKP (pour Tobwaan Kiribati Party, soit « Étreindre les Kiribati »). Maamau, ancien diacre de l’église anglicane, prône notamment le maintien des relations diplomatiques avec Taïwan, quitte à fâcher la Chine continentale. Le sujet est extrêmement délicat par là-bas, comme on l’imagine : le pays appartient à la zone dite Indo-Pacifique, soit le cœur de la Troisième Guerre Mondiale, si elle venait à éclater à la suite d’un conflit militaire entre la Chine et les États-Unis, comme le craignent de nombreux observateurs.

La visite de Nancy Pelosi à Taipei a d’ailleurs illustré, encore récemment, combien la question de l’indépendance de Taïwan, non officielle aux yeux de centaines de pays, mais officieusement complètement acquise pour une grande partie du monde asiatique comme occidental, est une question sensible aux yeux du président de la République Populaire de Chine, Xi Jinping, mais aussi du parti unique au pouvoir, et des éléments les plus nationalistes de sa population comme de son armée.

Cet enjeu d’affaires étrangères constitue donc un nœud central dans la politique kiribatienne.

Pour les Kiribatiens, la surprise est donc totale quand, en violation de ses promesses, le président Maamau choisit finalement, le 20 septembre 2019, de rompre toute relation diplomatique avec Taïwan, qu’il cesse de reconnaître comme un pays à part entière, conformément à la vision de Pékin.

La décision provoque bien entendu le retour à Tarawa, la capitale kiribatienne, de l’ambassadrice du pays à Taïwan, également membre du parti présidentielle, Tessie Lambourne. Elle cause, surtout, la scission du TKP : plusieurs députés et militants, dont Tessie Lambourne, le quittent sur cette question et fondent un nouveau parti, le KMP, pour Kiribati Moa Party, soit « Kiribati D’abord ». La saignée est sévère : elle a pour résultat de mettre en minorité le parti présidentiel à l’assemblée législative. Et c’est maintenant que ça devient rigolo.

Malgré des soupçons divers, les raisons du changement de braquet du président kiribatien vis-à-vis de Taïwan demeurent obscures. L’influence économique de la République Populaire de Chine, réelle et difficilement négligeable, a cependant, selon les analystes, joué un rôle déterminant.
Ici, on peut voir voir Taneti Maamau vanter, sur la télévision d’état chinoise, les mérites de la « vision du monde » de Xi Jinping.

Épisode 2 : Élections, Censures et scissions

Face à cet épineux problème, le gouvernement désormais en minorité tranche dans le vif. D’abord, il décide purement et simplement de reporter le vote du Budget, causant au passage la démission du Ministre des Finances. Puis le Président de l’Assemblée Nationale bloque deux tentatives de motion de censure. Les deux partis d’opposition portent alors le sujet devant la Haute Cour de Justice, qui leur donne raison, et, vu que c’est la loi, ordonne l’organisation du vote de censure. Deux jours plus tard, le président de l’Assemblée préfère, c’est plus commode, clore la session parlementaire, jusqu’aux prochaines élections législatives, en avril prochain : pas d’assemblée, pas de motion de censure. Pas de motion de censure, pas de perte du pouvoir. Pas de perte du pouvoir, pas de renoncement au pouvoir. C’est astucieux, c’est audacieux et, malgré les protestations, ça passe.

En avril 2020, donc, Législatives. Le pays, de 121 000 habitants et habitantes, ne compte qu’une seule Chambre de 46 représentantes et représentants. Le résultat est sans appel : le TKP du président Maamau est ramené à 12 sièges, tandis que son nouveau rival, Kiribati D’abord, remporte la majorité absolue. Retournement spectaculaire aux Présidentielles qui suivent, en juin : Maamau remporte cette fois la partie et, avec plus de 59 % des suffrages, écrase son rival Banuera Berina. Une défaite inattendue, mais suffisamment nette pour évacuer, aux yeux de la presse locale, les rumeurs d’interférence étrangère, de corruption et de malversations électorales qui précédaient les résultats.

Si le résultat est d’importance pour la Chine, qui parvient à renforcer son influence dans la zone (peu de temps auparavant, les îles Salomon avaient également abandonné leur politique de reconnaissance de Taïwan), la question en elle-même semble avoir été au second plan des préoccupations des électrices et électeurs. Pour Jamie Tahana, l’envoyée spéciale de Radio Nouvelle-Zélande, « il y a aux Kiribati bien d’autres problèmes que la géopolitique, comme l’épidémie de diabète et d’obésité, un fort taux de chômage chez les jeunes, et sa situation géographique qui met le pays en première ligne face au changement climatique. Pour son prédécesseur à la tête du pays, l’ancien président Anote Tong, la campagne de M. Maamau a sans doute été aidée par ce qu’il appelle des « promesses extravagantes », comme l’instauration de congés payées ou d’un salaire étudiant. »

Bref : les Kiribati se retrouvent donc avec un président réélu, mais en minorité à la Chambre. Il est, surtout, comme va le prouver la suite, très en colère. Une colère focalisée sur Tessie Lambourne, la fameuse ex-ambassadrice, désormais cheffe incontestée de l’opposition à Maamau. Mais ce dernier en veut aussi à la Haute Cour, qui préfère toujours, obstinément, jouer son rôle et suivre la constitution, plutôt qu’obéir aveuglément au dirigeant reconduit.

Jusqu’où ira Maamau ? Tout de même pas jusqu’à mettre en péril l’existence même de la république parlementaire ? Bien sûr que si : comme l’écriront probablement les livres d’histoire, « à partir de 2020, en politique et sur toute la planète, un seul mot d’ordre semble prévaloir : rien n’est vrai, tout est permis. »

Le tout, quand on est détruit un pays, c’est d’y aller gaiement.

Portrait officiel de Tessie Lambourne alors ambassadrice des Kiribati à Taïwan.
Tessie Lambourne (en robe rouge) et la présidente de Taïwan (officiellement : de la République de Chine / Taïwan), Tasi Ing-Wen, lors de son introduction en tant qu’ambassadrice à Taipei, en 2018.
CC Wikimedia Commons

Épisode 3 : Le mari, la femme et le Président

Vu que le Président en veut à la fois à sa rivale, Tessie Lambourne, et à la Haute Cour, une personne qui n’aurait vraiment pas de bol, ce serait par exemple un membre de ladite Cour, qui serait également l’époux Tessie Lambourne.

Cet individu existe, il s’appelle David Lambourne et, en février 2020, il se rend pour quelques jours en Australie (il est citoyen australien mais bénéficie du titre de « résident permanent » aux Kiribati depuis plus de vingt ans), pour assister à une conférence.

Si vous aussi, vous avez voyagé en février 2020, vous vous souvenez peut-être que ce n’était pas le moment idéal, puisque c’est le mois où a éclaté, au niveau planétaire, la pandémie de Covid. La fermeture mondiale des frontières l’empêche de rentrer. Un tantinet rancunier, le gouvernement suspend aussitôt son salaire, son permis de travail, et lui interdit de profiter des vols de rapatriement.

Lambourne se porte naturellement en justice… Donc devant la Haute Cour, dont il est censé être membre, même si son absence l’empêche de participer aux délibérations, puisqu’il s’agit de violation du principe de séparation des pouvoirs, en plus d’une décision purement arbitraire. Celle-ci confirme logiquement l’inconstitutionnalité des proclamations gouvernementales. Le Guardian, quotidien britannique qui suit l’affaire de près, note alors : « Cette mesure a été saluée comme une victoire pour l’indépendance de la justice dans toute la région : les inquiétudes y sont nombreuses, face au déclin des systèmes institutionnels de plusieurs nations du Pacifique. » Il cite également le président de la Haute Cour, William Hastings, qui écrit dans ses conclusions : « Ce cas met en cause la séparation des pouvoirs, l’état de droit et l’indépendance de la justice, qui sont trois principes constitutionnels fondamentaux. »

Après quelques autres péripéties, dont la tentative de lui faire signer un contrat rétroactif mettant subitement fin à son mandat judiciaire, en principe sans limite de temps, le juge Lambourne retrouve finalement son pays d’adoption, et son épouse.

Le Président Maamau des Kiribati lors de sa prestation de serment.
Le Président Teneti Maamau, lors de sa prestation de serment.
© Bureau de la Présidence de la république des Kiribati

Épisode 4 : Expulsion, Avocats et Aviation

Finalement, en mai 2022, Maamau va de nouveau au plus simple : David Lambourne est brutalement suspendu de ses fonctions : le gouvernement l’accuse de « méconduites », sans en préciser la nature, ni aucun élément permettant d’étayer ces reproches. Le juge fait appel de sa suspension. Le gouvernement suspend le président de la Haute Cour, William Hastings.

Mais le message n’est peut-être pas suffisamment clair : deux mois plus tard, soit hier, 11 août, le gouvernement y va carrément, et ordonne à la police des frontières de faire arrêter Lambourne à son domicile au petit matin, pour l’expulser du pays, à destination de la république des îles Fidji, à plus de 2 000 kilomètres à vol d’oiseau.

Lambourne est arrêté et conduit à l’aéroport, pour être embarqué et donc déporté à bord d’un vol de Fidji Air. Il porte plainte. Le dernier membre de la Haute Cour (qui en compte en principe trois), déclare en urgence son arrestation et son expulsion illégales, et ordonne au ministère de la Justice de cesser immédiatement l’opération. Mais elle se poursuit malgré tout. L’avocat de Lambourne contacte Fidji Air : la compagnie ordonne à son capitaine de refuser de décoller avec le juge à son bord. Selon ABC Australie, les autorités kiribatiennes ont alors menacé d’interdire à l’avion de quitter le pays s’il n’acceptait pas d’emmener Lambourne avec lui, avant de faire marche arrière. Dans l’après-midi, l’avion prend finalement son envol, laissant Lambourne derrière lui. L’époux de la cheffe de l’opposition est alors ramené puis détenu dans un motel, avant d’être libéré dans la soirée de vendredi (ce matin pour nous, compte tenu du décalage horaire).

Le juge David Lambourne en détention dans un motel de Tarawa.
Le juge David Lambourne en détention à son motel.
© David Lambourne / 1News.

Les excès du Président Maamau, la Haute Cour de Justice du pays réduite à un seul membre et ses décisions ignorées sans vergogne par le gouvernement… Tout cela laisse au final un pays naufragé, aux institutions en miettes.

Sinon, rappelons que l’existence même des Kiribati est menacée, en raison de la montée des eaux due au réchauffement climatique, qui devrait littéralement faire disparaître l’état insulaire de la surface du globe d’ici quelques années.

En 2014, le prédécesseur de Maamau, Anote Tong, a d’ailleurs acheté des terres à l’église anglicane des îles Fidji pour y transporter la population le moment venu.

Article Précédent

À Zurich, le Festival du Film annonce ses premières sélections

Article suivant

En Iran, une piste pour expliquer l’énergie noire