Si vous aimez flipper, vous serez content d’apprendre que les neuf marins britanniques testés positifs à la cocaïne alors qu’ils opéraient à bord du HMS Vigilant, l’un des quatre sous-marins nucléaires anglais équipés en missiles atomiques Trident, ont été officiellement renvoyés de la Royal Navy.

Apparemment, les traces de cocaïne viendraient des “drug-fueled hotel parties” et même d’une “drug-fueled booze cruise” (le mot “booze” est de l’argot anglais désignant les boissons alcoolisées) auxquelles ils aimaient se livrer, pour reprendre, dans le texte, les délicieuses expressions du Washington Post qui nous apprend la nouvelle.


Vidéo de Sky News réalisée avant le scandale qui prend un goût particulier désormais.

Difficile de reprocher à des marins embarqués à bord d’un sous-marin d’avoir besoin de se détendre et -allez, on l’ose- ouvrir les vannes de temps en temps mais, comme le confiait l’Amiral Chris Parry au Daily Mail : Ce n’est pas seulement un sous-marin, c’est un de nos sous-marin de dissuasion (c’est à dire en permanence équipé de têtes nucléaires, et en permanence en navigation dans les eaux internationales, ndlr). C’est totalement honteux. Les membres de la Navy devraient se rappeler que servir notre pays à un échelon international est un privilège. Il faut faire passer le devoir avant sa personne.”

Difficile de le contredire, même s’il faut bien que l’équipage se déstresse aussi (toute relation sexuelle, même consentie, est également interdite entre membres de l’équipage). Heureusement, il y a une solution : débarrassons-nous des armes atomiques, mettons tous ces sous-marins en cale sèche, et faisons-y des fêtes dantesques (tout en buvant avec modération). C’est encore l’option la plus prudente.

Via le Washington Post.