Interview PE Barré Confinement
© Éric Canto / ericcanto.com

“Je suis taquin”

Jusqu’ici, je n’étais pas fan-fan de l’humour de Pierre-Emmanuel Barré, trop grossier pour mes chastes oreilles, trop ancré à mon goût dans l’actualité telle qu’elle est perçue par les grandes chaînes de télé et de radio. Tout au plus le suivais-je de loin en loin, pour ses revues de presse bien inspirées et souvent radicales, via sa chaîne YouTube. Et puis tout changea : dans le monde d’après, ce comique et chroniqueur radio de 36 ans, connu pour avoir quitté brutalement France Inter en 2017, devint pour moi incontournable.

Quand le confinement nous est tombé dessus, nous avons vu tout de suite émerger les bonnes volontés. Les discours sur “le monde d’après”, bien sûr, mais aussi et surtout les bonnes résolutions. “Je vais me remettre au piano”, “Je vais enfin écrire ce livre que j’ai en tête depuis si longtemps”, “Je vais continuer à travailler 08H00 par jour, au même rythme, tout pareil”, et ainsi de suite. Peu d’entre elles ont tenu et les premiers journaux de confinement parus dans la presse ont surtout choqué, pour le décalage complet entre leurs signataires et le reste de la population.

Puis surgit sur nos écrans, en vidéaste improvisé, Pierre-Emmanuel Barré. Ce jour-là, pour l’auteur de ces lignes comme pour des centaines de milliers de spectateurs (300 000 en moyenne par vidéo), un miracle se produisit. Ce premier jour de confinement (la vidéo a été postée le 14 mars) avait enfin de quoi faire rire. C’était court, bien emballé, ancré dans le réel et, déjà, l’on sentait la fusée Pierre-Emmanuel Barré prête à décoller vers l’absurde le plus pur.

On ne savait alors ni combien de temps durerait le confinement, ni si l’on s’en sortirait avec nos proches — voire nous-même — encore en vie, et lui ne semblait pas savoir pas non plus s’il pourrait tenir son pari, d’écrire, filmer et monter une vidéo quotidienne, sans jamais faiblir dans l’écriture… pendant deux mois.

Mais l’urgence et les contraintes paient et, chaque jour, débarquait la petite pilule, pleine de nature (celle des Cévennes où tournait l’auteur), d’humour noir, de colère et d’absurde, surtout d’absurde, le tout emballé et distribué avec une bonne humeur sans égale en ces temps d’angoisse et d’incrédulité, et toujours plus drôle et plus folle.

Propos d’un montagnard

Sur le moment, il ne répondait pas aux interviews. Mais il devint plus disponible récemment, pour promouvoir l’anthologie vidéo dudit Journal du Confinement. Un coffret qui comprend 62 épisodes (les 59 déjà en lignes et 3 bonus) mais aussi un jeu de l’oie, un jeu vidéo, un poster dédicacé (du chien) et un autocollant du Voituristan, le seul pays sur Terre qui ne vit pas passer une seule trace de Covid sur ses sièges en vinyle. 20 % du prix de vente (22 euros, uniquement en ligne) étant reversés à l’association Droit au Logement.

PE Barré Journal Confinement
© Éric Canto / ericcanto.com

C’est donc uniquement “[parce qu’] on a bossé gratos pendant le confinement” et que “maintenant va falloir allonger le pognon, bande de gros rats”, que Pierre-Emmanuel Barré a bien voulu répondre à nos questions, en plein calaminage total d’automne.

PostAp Mag. Vous vivez dans les Cévennes. Regrettez-vous de ne pas avoir connu l’exode général parisien du début du confinement, les embouteillages et les contrôles de police ? Ou la panique d’achats sur les paquets de pâtes et de papier toilette ? 
Pierre-Emmanuel Barré. Mais détrompez vous. Ici aussi, c’était le cauchemar : les rayons vides, des commerces qui ferment un par un, les gens qui quittent les villes… L’avantage, c’est qu’ici, c’était déjà comme ça avant la pandémie, du coup personne n’a été surpris.  En plus, je suis survivaliste, j’étais préparé à toutes les éventualités. Pour m’entrainer, je n’utilise qu’une feuille de papier toilette par mois. Je la lave et je la mets à sécher avec mon préservatif.

P.A.M. Les Cévennes, donc, furent notre bouffée de nature quotidienne, par le biais de YouTube et de votre journal du confinement. Avez-vous conscience d’avoir également produit un documentaire de qualité sur votre région, et les vertus des balades rurales ?
P-E. B. C’est gentil, mais c’était pas volontaire. Si j’ai essayé de faire un maximum de tournage en extérieur, de randonnées et de pique-niques dans la montagne, ce n’était pas pour vanter la beauté des lieux, c’était uniquement pour taquiner les gens confinés dans 25 mètres carrés. Ça fait trois ans que je suis plus invité aux soirées et que je dois aller téléphoner dans le jardin parce que j’ai un réseau 4G de 1990, alors si je pouvais faire chier un peu les Parisiens, j’allais pas cracher sur l’occasion.

Coffret Journal Confinement Barré

P.AM. Quelles sont vos autres recommandations de région, ou de modes de vie, pour vivre les prochains confinements, de janvier à décembre prochain ?
P-E. B. Le plus dur, c’est de ne pas voir ses amis, alors ce que je vous recommande, c’est de vous fâcher avec un maximum de personnes, comme ça ils ne vous manqueront pas. Pour la région, c’est vous qui voyez, chacune a ses avantages et ses inconvénients. Dans le Nord il fait pas beau mais heureusement, il y a les gens du Nord et dans le Sud, il fait beau mais malheureusement, il y a les gens du Sud.

P.A.M. Le confinement fut dur pour les célibataires, mais aussi pour les couples et pour les familles. Pourtant, la vôtre (un trio composé de vous, votre compagne GiedRé et la chienne Miskine) semble être restée assez soudée (si l’on exclut le maricide final). Quel est votre secret ?
P-E. B. Je trouve ça un peu gonflé d’exclure d’office le “maricide final” pour dire qu’on est restés soudés. C’est un peu comme si on disait : “Finalement, à part les 50 millions de morts, c’était plutôt relax la Seconde Guerre Mondiale…” Mais effectivement, on s’entend plutôt pas mal, c’est vrai. C’est parce qu’on est très complices et qu’on a des centres d’intérêt commun : on aime les balades, la bonne bouffe et jouer avec un bâton. Avec ma femme, c’est plus compliqué.

P.A.M. Pouvez-vous terminer la phrase suivante, en nous donnant peut-être vos préconisations pour se prémunir du Covid ou s’en guérir : “Je ne suis pas médecin, mais… “ ?
P-E.B. “… vous non plus, alors fermez bien vos gueules.”

P.A.M. Pourquoi avoir choisi d’accompagner votre coffret du Journal du Confinement par un jeu de l’oie qui nous envoie presque toujours à l’hôpital ou au cimetière ?
P-E. B. Parce que je suis taquin. Mais on peut quand même gagner hein ! Il faut juste beaucoup de chance et de persévérance. En revanche, j’ai reçu beaucoup de plaintes, parce que les gages sont un peu trop humiliants, surtout celui ou il faut crier “J’ai voté Macron au premier tour” par la fenêtre.

P.A.M. Plus sérieusement, comment avez-vous vécu le confinement… ? Vous avez dû vous engager sur une publication quotidienne sans bien mesurer ce que représenterait cette épreuve au long cours ! (Certes, vous avez déjà été chroniqueur régulier, mais il s’agit là de vidéo, de montage, dans des circonstances inédites, inconnues, plus anxiogènes encore que d’habitude et d’un ton, nous a-t-il semblé, légèrement différent de celui que l’on vous connaissait).
P-E. B. Oui, j’avoue que si on m’avait dit que je devrais faire 58 vidéos consécutives, j’aurais peut-être hésité mais, au départ, c’était censé durer 15 jours, un mois grand maximum, on s’est bien fait baiser. Par contre, j’étais pas tout seul hein ! J’ai bossé avec Arsen mon co-auteur et en ce qui concerne l’animation et les effets spéciaux, c’est Ugo, mon geek préféré qui est responsable. Moi, je ne sais même pas faire ma déclaration d’impôt en ligne, alors si vous croyez que je sais faire exploser un chien en faux…

Interview Pierre-Emmanuel Barré
© Éric Canto / ericcanto.com

P.A.M. Êtes-vous optimiste pour l’avenir de l’espèce humaine ?
P-E. B. Non, mais c’est tant mieux. Je considère que c’est plutôt optimiste d’être pessimiste pour l’espèce humaine.

P.A.M. Un mot pour les lecteurs de PostAp Mag ?
P-E. B. Mais qui êtes-vous ? 

P.A.M. Un mot de GiedRé, votre compagne, qui apparaît fréquemment dans la série, pour les lecteurs de PostAp Mag ?
GiedRé. Fourchette.

Le Coffret du Journal du Confinement de Pierre-Emmanuel Barré est disponible en ligne sur pebarre.com (et plus exactement dans l’onglet boutique).
Son nouveau spectacle,
Pfff… Une Conférence de Pierre-Emmanuel Barré, sera de retour sur scène l’année prochaine, en tournée et au Trianon à Paris du 18 avril au 02 mai.

Julien Millanvoye est écrivain et fondateur de PostAp Magazine. Dernier ouvrage : "J'ai un métier !" (Editions Globe).

Centre de préférences de confidentialité