Cinéma : Becky passe à l’acte

Sorti l’an dernier aux États-Unis et ce 15 avril en France, le troisième long-métrage de Carry Murnion et Jonathan Millot (Cooties, Bushwick) s’annonce brutal et malin.

Intitulé Becky, il raconte l’histoire d’une enfant qui entre tout juste dans l’adolescence (âgée de 13 ans), orpheline de mère et emplie de colère contre son père. Lorsque celui-ci lui annonce, lors d’un week-end en forêt, qu’il a décidé de se remarier avec sa nouvelle compagne, la rage atteint son comble. Mais elle ne peut être exprimée froidement, et Becky (Lulu Wilson) choisit de simplement s’isoler dans sa cabane, au fond du jardin, pour ruminer son chagrin.

Affiche américaine du film Becky

C’est le moment choisi par 4 criminels en cavale pour se réfugier dans le domicile familial et prendre en otage la famille recomposée (le père, sa future nouvelle épouse, et le fils de cette dernière). Becky va alors se mettre en tête de les sauver en massacrant, s’il le faut, les 4 bandits… Un violent “revenge movie” s’engage alors, astucieux, gore, méchant et vivement déconseillé aux âmes sensibles.

Liens utiles :
– Une critique complète, en français et sans spoilers sur Culturopoing.
– Toutes les infos sur Allôciné.
– DVD, Blu-ray et lien Prime Video chez Amazon.

Becky, de Carry Murnion et Jonathan Millot, est distribué par Program Store.

–> Cliquez ici pour retourner sur le fil <–