La librairie

Nous Allons Tous Très Bien, Merci – Daryl Gregory

Pour ce court roman qui mêle le rire au macabre, Daryl Gregory est parti d’une idée simple et géniale : Que se passe-t’il pour les survivants de tous les films d’horreur une fois que le générique de fin est lancé ? Que deviennent-ils après ? Le soulagement d’être en vie n’est sûrement rien à côté du choc post-traumatique qu’ils vont devoir gérer pendant des années.
Et voilà exactement ce que l’auteur américain a décidé de faire : l’histoire de la thérapie de groupe de cinq héros du gore.

Il y a là le rescapé d’une famille de cannibales, le geek aux lunettes à la réalité virtuelle qui flirte avec la réalité invisible, l’échappée d’une secte proche du satanisme, la survivante d’un tueur en série sadique et l’ancien héros de romans pour jeune public qui, alors qu’il était lui-même enfant, a tué des monstres de toutes sortes (un personnage d’autres ouvrages de Daryl Gregory lui-même).

Et puis il y a évidemment la thérapeute qui a décidé de les réunir dans un groupe de parole, Jan Sayer. En œuvrant de patience, de silences, de relances, elle réussit peu à peu à installer la confiance entre ces êtres fracassés. Ils s’invectivent, s’accusent puis se narrent, décrivent leur horreur personnelle, font le bilan des dommages physiques et psychologiques.
Sauf qu’évidemment une autre catastrophe les attend, tapie derrière l’un d’entre eux, derrière deux d’entre eux, derrière tous en vérité.

Dans un « nous » narratif qui (on finit par le comprendre) désigne le groupe dans son ensemble, on traverse la thérapie puis l’action sans jamais se départir d’un sourire et d’une chair de poule en même temps. Mélangeant tous les profils du genre gore/fantastique/horreur, les grandes références et les mille visages des films et des romans, Daryl Gregory va jusqu’à même y faire apparaître le concept de monomythe de Campbell (1904-1987) qui avançait dans les années 40 que tous les mythes du monde racontent intrinsèquement l’exacte même histoire. Ultime virtuosité de l’hommage/caricature du genre de Nous Allons Tous Très Bien, Merci

Une très jolie réussite, courte, enlevée et fascinante, qui tend à prouver que quelqu’un a enfin réussi à réinventer du neuf dans le genre des romans d’horreur. Gentille horreur, mais horreur tout de même.

[bwwpp_book sku=’97822662775940000000′][bwwpp_book sku=’97828434413630000000′]

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez en cadeau le Paris-Apocalypse City Guide !

Vous serez ainsi au courant de toutes nos offres à venir, de nos événements et de nos projets d’articles ou de développement.

En soumettant ce formulaire, vous acceptez expressément que nous utilisions votre adresse mail pour vous envoyer des newsletters régulières.

Promis, nous vous spamerons pas, nous ne vous enverrons que des infos sur la vie du magazine et ses productions et nous ne communiquerons jamais votre email à des tiers.

Vous pouvez également télécharger gratuitement ce guide sans vous inscrire à notre newsletter en cliquant ici.

Non merci.