De nos jours ou dans un futur proche, quelque part aux États-Unis ou ailleurs, en un temps où il n’y a plus d’électricité, plus d’essence, plus de technologie, l’humain s’effondre dans une révolution, un crash financier, une grève internationale, on ne sait pas trop…

Mais au fond l’année exacte, l’endroit et le contexte n’ont plus d’importance, nous sommes dans la forêt et cela suffit.
Là vivent deux sœurs dans une maison totalement isolée. Et à seize ans il faut se battre pour survivre, physiquement évidemment, mais aussi psychologiquement. Il faut trouver les forces pour continuer à respirer alors que les parents aimants viennent de mourir, pour continuer à rêver alors que l’avenir à Harvard et dans le ballet national vient de se rompre les ailes, pour continuer à s’aimer alors que l’humanité entière se résume soudainement à une seule autre personne. Ou presque. Parce que parfois les ombres rôdent, ces autres qui viennent de la ville, ceux que l’on aimait pourtant avant.

Troisième livre de Jean Hegland, Dans la Forêt résonne fort. Éblouissante plume, l’américaine sait les détails des émotions, connaît les mots pour traduire l’indicible. Sans interdits ni postures, elle nous plonge dans un tête à tête dont on a beaucoup de mal à revenir. Fluide, poignant, incontournable.

Commander directement sur

Decitre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.