La librairie

Tolbiac juillet / La Fenêtre de Dieu – Cédric Blondelot

Voilà un livre insolite, original, drôle. Voilà une quête d’identité dans tous les sens du terme, avec une couche de fantastique et des brouettes de vie.
Voilà un premier roman réussi.

Ce qui frappe en premier lieu c’est l’attachement que l’on sent (et que l’on partage) de Cédric Blondelot pour son personnage principal : c’est palpable, indéfectible, tendre. Et un auteur qui aime plus ceux dont il parle que lui-même ne se trouve pas souvent dans les pages des ouvrages contemporains. On se laisse guider dans cette complicité auteur/personnage sans trop savoir au départ où ils vont, ni qui des deux mène l’autre par le bout du nez. Pourtant tout est impeccablement pensé, structuré, préparé, c’est un casse-tête dont les couleurs s’agencent au fur et à mesure, un puzzle aux pièces découpées avec soin. Même le prologue, jubilatoire histoire d’une vache transformée en perfecto imparfait à l’illustre premier propriétaire, narrée étape par étape avec une humanité sans bornes, se révèle plus tard loin de toute gratuité. Tout s’imbrique, s’explique, se comprend.

Tolbiac Juillet, drôle de bonhomme au nom fabriqué par son destin d’enfant abandonné (trouvé nourrisson dans un kiosque à journaux rue Tolbiac au cours du premier mois de l’été) est à la fois magicien et pickpocket. Entouré de personnages plus hauts en couleurs les uns que les autres, il erre un peu largué et bourré de questionnements, mais plutôt à l’aise dans cette vie empruntée au hasard du couple qui l’a recueilli. Puis un jour, aspiré par la cuvette des toilettes, il se retrouve dans une autre réalité.
Tolbiac Juillet vit alors l’un de nos fantasmes humains, celui qui voudrait nous faire visiter nos « si », nos hypothétiques autres chemins, nos conditionnels engendrant d’autres futurs. « Si j’avais pris le chemin de droite ». « Si je n’avais pas raté le train ». « Si j’étais né.e chez les voisins ».
Si Tolbiac Juillet n’avait pas été abandonné.

Rajoutons à tout cela que Cédric Blondelot sait sacrément bien écrire, que son style personnel multiplie les mots choisis, invente des phrases aux méandres drôles et étonnants, manie l’humour avec intelligence, le sentiment avec justesse et ce qu’il faut de fantaisie…
Alors on sait que l’on tient un bon livre. Et on sourit en devinant qu’il est le premier volet d’une série.

Obtenir le livre
(Cliquez sur l’image pour le commander dès maintenant !)
fenetre dieu cedric blondelot

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez en cadeau le Paris-Apocalypse City Guide !

Vous serez ainsi au courant de toutes nos offres à venir, de nos événements et de nos projets d’articles ou de développement.

En soumettant ce formulaire, vous acceptez expressément que nous utilisions votre adresse mail pour vous envoyer des newsletters régulières.

Promis, nous vous spamerons pas, nous ne vous enverrons que des infos sur la vie du magazine et ses productions et nous ne communiquerons jamais votre email à des tiers.

Vous pouvez également télécharger gratuitement ce guide sans vous inscrire à notre newsletter en cliquant ici.

Non merci.