Une plongée dans l’esclavagisme, une apnée profonde qui secoue à tous les paliers, un roman récompensé à juste titre par le prix Pulitzer.

1850. Cora est jeune. Cora est noire. Cora vit dans un monde de violence. Cora est esclave. Alors Cora va fuir.

Underground Railroad (le chemin de fer clandestin) était dans l’histoire des Etats-Unis le réseau humain et géographique qui a permis à des milliers d’esclaves de s’enfuir vers le Nord jusqu’au Canada. La seule liberté avec la réalité que l’incroyable auteur New-Yorkais Colson Whitehead s’est permis ici, est de prendre cette appellation au pied de la lettre et de créer un réseau ferroviaire souterrain fictif. Pour le reste, les conditions, les traitements, les destinées, tout correspond à ce qui était réellement il y a un siècle et demi de nous. Et cela noue la gorge.

C’est une épopée intense, une course dans la terre, la peur et le sang. Cora nous saisit à bras le coeur, retraçant à elle seule le visage de l’esclavagisme. La cruauté est omniprésente dans toutes les strates de l’humain, l’injustice rajoute ses couches en toute légalité, et l’espoir, mince fétu qui tremble sur chaque page, semble peu de chose à côté de la machine à asservir et déchirer.

Parce qu’il est des livres étourdissants dont la mission est de réveiller les mémoires. Parce qu’il est des romans dont la force est de flirter très près des consciences.

Commander directement sur

Decitre

Centre de préférences de confidentialité