Ailleurs

« Matsutake » : le champignon de la fin du monde

matsutake pin ponderosa
Un pin ponderosa au jardin botanique de New York, CC David J. Stang / Wikimedia Commons

Un champignon culte de la gastronomie japonaise, pourtant presque éradiqué de l’archipel, concentre à lui seul toutes les facettes de l’économie anarchique contemporaine. Diagnostic.

Dans les vestiges des grands pins ponderosas d’Oregon pousse le Matsutake, un champignon qui compte parmi les aliments les plus chers au monde. Sous le titre Le Champignon de la fin du monde. Sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme (The Mushroom at the End of the World : On the Possibility of Life in Capitalist Ruins, 2015) vient de paraître en français le livre majeur d’Anna Lowenhaupt Tsing, anthropologue à l’Université de Californie à Santa Cruz. Un ouvrage qui fera date dans le champ des « Food studies« .

Très cher, très rare et très bon

Tout commence par une enquête de terrain dans les forêts dévastées de l’Oregon, où les grands pins ponderosas ont été coupés pour alimenter l’insatiable industrie du bois, et se termine dans celles du Yunnan, où la marchandisation fait des ravages dans les campagnes, après être passée par la Laponie et le Japon. Le sujet du livre ? Le Matsutake, un champignon très cher au Japon qui ne pousse quasiment plus sur l’archipel nippon et qu’il faut donc importer.

Anna Tsing va explorer les mondes – les écosystèmes humains, naturels, économiques et hybrides – que le Matsutake éclaire et même construit. En suivant la piste des Matsutakes, Anna Tsing porte un regard singulier sur le monde actuel – qui n’est pas sans rappeler le visionnaire Paul Valéry qui au lendemain de la Première guerre mondiale, écrivait : « Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles« .

Matsutake cueillette dessin japon

La cueillette de Matsutake, dessin japonais du XVIII° siècle CC Wikimedia Commons

 
Le Matsutake est une loupe pour observer les « micro-mutations » de notre monde global et mettre à jour les dynamiques du capitalisme au XXI° siècle. Anna Tsing montre comment le modèle de la plantation de canne à sucre au Brésil ̶ inventé par les colons portugais aux XVI° et XVII° siècles, qui a pour caractéristique essentielle, d’être « scalable » (de pouvoir être facilement dupliqué et diffusé à grande échelle) ̶ a servi de modèle d’organisation des usines au cours du processus d’industrialisation du capitalisme fordien1 aujourd’hui en train de disparaître.

En tout point opposé, la forêt de matsutake offre la vision d’un mode d’organisation en « rhizome », où les champignons forment la structure reproductrice d’un mycète souterrain (en longs filaments), tissant des réseaux complexes qui communiquent avec les racines des plantes et permettent aux arbres de communiquer entre eux : c’est ce qu’on appelle désormais le « Wood Wide Web » ; le réseau racinaire, la toile souterraine où les arbres et les plantes s’échangent des informations sur leur environnement et mettent en place des stratégies collectives de défense, d’entraide et de solidarité2.

Le matsutake, moisissure de l’avenir

Les modes d’organisation du capitalisme au XXI° siècle ressemblent à ces structures en réseaux et rhizomes. L’histoire du matsutake en est une illustration : on y suit le capitalisme dans ses « agencements » éphémères et multidirectionnels ; exploitation de ressources et d’opportunités internationales au prix d’alliances précaires, de transactions souvent risquées, où se nouent de vastes réseaux de « commerce interculturel ».

Avec un point essentiel à propos du capitalisme actuel : « Amasser des richesses est possible sans devoir rationaliser le travail ni les matières premières. À la place, sont requis des actes de traduction entre des espaces sociaux et politiques très variés ». Le capitalisme au XXI° siècle est devenu un « système de traduction » (entendez ici, « de mise en concordance partielle« ) entre des sites et des individus de cultures ou valeurs hétérogènes, permettant aux investisseurs d’accumuler des richesses ̶ dans et par cette mise en relation.

Des Matsutake en Chine

CC Ryan Snow, Mushroom Observer / Wikimedia Commons

 
Des champignons sauvages cueillis dans les forêts de l’Oregon deviennent ainsi des biens capitalistes et se retrouvent offerts en cadeaux de luxe sur les tables de Tokyo. Le capitalisme actuel construit ainsi des « ensembles de liens » dans un circuit transnational. Les grandes « plateformes multifaces » (Uber, BlaBlaCar, Facebook, AirBnB) ces « précieux intermédiaires« 3 dont le Français Jean Tirole, prix Nobel d’économie 2015, a élaboré le modèle économique pionnier, ne créent pas de la valeur autrement.

Suivre les matsutakes apporte également un éclairage nouveau sur la manière dont le capitalisme ruine aujourd’hui une bonne partie de la planète, en échappant à toute logique de « bon usage » de la nature.

La nature pourrait sélectionner des « relations », bien plus que des individus ou des génomes.

Enfin, suivre les matsutakes, est une nouvelle manière de comprendre le rôle de la biologie et de la génomique dans nos sociétés actuelles. Notamment ̶ et c’est l’un des acquis récent de la génomique ̶ le fait que les espèces n’évoluent pas nécessairement en lutte « contre » leur environnement ou d’autres espèces concurrentes, mais aussi en collaboration, en coévolution au sein de communautés complexes, comme c’est le cas des « communautés microbiennes » des fromages (on le voyait encore récemment)ou des matsutakes.
 

 
De très nombreux organismes ne se développent qu’en interactions avec d’autres espèces, dans des « symbioses » ; il s’agit de la capacité des cellules d’une espèce à assister le développement normal du corps d’une autre espèce. C’est le cas, chez l’être humain avec son microbiote : près de 9 cellules sur 10 de notre corps sont des microbes. Ils vivent en nous, forment des écosystèmes complexes, interviennent dans l’élaboration des protéines, des vitamines par les bactéries intestinales, dans l’éducation du système immunitaire. Chaque jour, un kilo et demi de microbes contribuent à notre digestion et notre santé. L’évolution du vivant dépend probablement pour beaucoup de l’existence des ces symbioses, de ces relations durables et mutuellement bénéfiques entre organismes. Comme le souligne Anna Tsing, « La nature pourrait sélectionner des « relations », bien plus que des individus ou des génomes ».

Les matsutakes ne sont donc pas un prétexte ou une métaphore, ils nous permettent de comprendre l’avenir qui se dessine pour nos sociétés et nos modes de vie au XXI° siècle. Un grand livre qui naît dans l’humus des forêts et s’achève comme un couronnement de senteurs d’automne.

1. Sidney Mintz, Sucre blanc, misère noire. Le goût et le pouvoir, Nathan, 2005.
2. Peter Wohlleben, La vie secrète des arbres, Les Arènes, 2017.
3. Voir le livre de David Evans et Richard Schmalensee, De précieux intermédiaires. Comment BlaBlaCar, Facebook, PayPal ou Uber créent de la valeur, Odile Jacob, 2017, Préface de Jean Tirole, prix Nobel d’économie.

Obtenir le livre

par Anna Lowenhaupt Tsing
Recommandé pour vous:
Prix unitaire
23,50 €
Disponible
Estimation de livraison standard: 2 à 7 jours ouvrables.

Ce n'est pas seulement dans les pays ravagés par la guerre qu'il faut apprendre à vivre dans les ruines. Car les ruines se rapprochent et nous enserrent de toute part, des sites industriels aux paysages naturels dévastés. Mais l'erreur serait de croire que l'on se contente d'y (...)

Éditeur
LA DECOUVERTE
Langue
Français
Format
Book
Nombre de pages
350
Date de publication
31 Août 2017
par Anna Lowenhaupt Tsing

Ce n'est pas seulement dans les pays ravagés par la guerre qu'il faut apprendre à vivre dans les ruines. Car les ruines se rapprochent et nous enserrent de toute part, des sites industriels aux paysages naturels dévastés. Mais l'erreur serait de croire que l'on se contente d'y (...)

Éditeur
LA DECOUVERTE
Langue
Français
Format
Book
Nombre de pages
350
Date de publication
31 Août 2017
Recommandé pour vous:
Prix unitaire
23,50 €
Disponible
Estimation de livraison standard: 2 à 7 jours ouvrables.

A propos de l'auteur

Richard C. Delerins / FOOD 2.0 LAB

Richard C. Delerins est anthropologue spécialiste des comportements alimentaires, chercheur à l’ISCC (CNRS) et cofondateur du Food 2.0 LAB. Il a publié récemment "La Révolution Food 2.0 en Californie : cuisine, génétique et big data", in L'Alimentation demain, CNRS Editions, 2016.

Laisser un commentaire

*