Une vidéo visualise l’histoire du couple Terre-Lune, dont la prise de distance actuelle n’est pas qu’une crise passagère.

La Lune prend ses distances.

Les astronomes savent bien que notre satellite s’éloigne de nous, au rythme moyen de 3,8 centimètres par an. D’abord parce que c’est… Tout simplement normal : il est né de la collision entre notre planète et un ou plusieurs autres astres donc, logiquement, le mouvement d’éloignement continue. Ensuite parce que nos propres effets de marée l’y poussent.

Ce qui signifie, donc, qu’elle a été bien plus proche de nous mais aussi que sa vitesse de distanciation a évolué avec les âges, lors des grandes ruptures géographiques de notre temps (les fontes ou constitution des banquises, les tremblements de Terre, la brisure de la Pangée en supercontinents puis en continents…).

On le sait depuis quelques temps, donc, mais James O’Donoghue, planétologue à l’Agence Japonaise de l’Exploration Spatiale, vient de produire une vidéo résumant cette histoire, vue depuis le plancher des vaches.

Le mouvement de la lune en images

La vidéo procède à rebours, pour arriver au moment où la Lune était seize fois plus proche de nous qu’elle ne l’est aujourd’hui, quand elle s’écartait de plus de 20 centimètres par an, avant de reproduire le mouvement chronologiquement.


 
Les évolutions de notre compagne, dont les mérites vont de stabiliser notre axe de rotation et permettre la vie complexe à inspirer les poètes (difficile pour nous de choisir entre celui-ci ou celui-là, signés Baudelaire), désormais visibles grâce au travail du Docteur O’Donoghue, sont source inépuisable de rêverie, de beauté, de sagesse peut-être, tant relever la tête, calmes et souriants vers notre voisin l’espace, nous semblent pouvoir apaiser, quelques secondes durant au moins, les vagues d’angoisses et de péripéties contemporaines.

Que l’on se rassure toutefois : la Lune ne nous quittera pas. Son orbite dans plusieurs millions d’années devrait finir par se stabiliser. Simplement, notre propre durée de rotation ralentissant elle aussi, nous aussi lui présenterons toujours la même face. Ce qui ne devrait pas perturber les poètes, pour peu qu’ils soient encore parmi nous.

Plus d’infos sur la vidéo sur l’article du Business Insider qui nous l’a fait découvrir.