Horoscope

Votre horoscope tribal du 05 au 12 février

livre pour enfants pollution
Image extraite de "The Tantrum that Saved the World", de Megan Herbet et Michael E. Mann © Wolrd Saving Books

Chaque lundi, la revue de presse internationale de PostAp Mag, sous forme d’horoscope tribal.

Sur l’air de « Muscle Up », de Patrick Cowley.



Geek

Cette semaine, la foudre est tombée sur la communauté geek anglophone. Depuis quelques temps, les amateurs de Cracked, l’un des plus fameux magazines en ligne américains de pop-culture, dont les articles dépassaient allègrement le million de lecteurs par texte, pouvaient remarquer que quelque chose clochait avec leur site préféré. Moins de textes, moins drôles, beaucoup plus de publicités, au point de le rendre fréquemment illisible… Et plus aucune vidéo.

Où étaient passés l’incroyable JT « Some News » de Cody Johnston, très engagé contre l’actuel Président américain, le « Obsessive Pop Culture Disorder » de Daniel O’Brien, où le plus introverti des nerds disséquait les grands succès du cinéma de genre, les « Escort Missions » de Michael Swaim (avec, sur TBS, le « Clueless Gamer » de Conan O’Brien), qui constituait la plus innovante des critiques de jeu vidéo que l’on connaisse, ou le plus mythique de leur shows, « After Hours », qui réunissait 4 des visages les plus connus et appréciés du site ?


 
Si les plus curieux avaient pu, en farfouillant sur Twitter et les forums comprendre ce qui s’était passé, c’est une vidéo de Michael Swaim, plume historique du site, qui a posé le sujet sur la table.

En fait, ils ont tous été virés. Quasiment toute l’équipe de Los Angeles, et l’intégralité de celle consacrée à la production vidéo, dégagées. Michael, lui, a filé de son propre chef face à l’hécatombe.


 
Explication : en avril 2016, Cracked était racheté 39 millions de dollars par la société Scripps. Et celle-ci, dans son tout dernier bilan comptable annuel, faisait passer 36 de ces 39 millions de dollars dans la colonne « Pertes sèches ». Le site vaudrait 95 % de moins de ce qui avait été estimé.

Que s’est-il passé ? Beaucoup de conjectures, une certitude. Cracked était un site entièrement gratuit. Pour se développer, ils ont espéré que le sésame viendrait des recettes publicitaires en vidéo via YouTube. Ils se sont mis à produire beaucoup, beaucoup plus de vidéos… à perte. Quelques jours à peine avant la méga-charette dont on vous parle, The Economist consacrait d’ailleurs un long article aux médias en ligne qui « semblaient voués à supplanter leurs équivalents papier » et qui traversent chacun une crise à leur manière : c’est Buzzfeed, dont les recettes sont inférieures de 350 millions de dollars (15-20 % de leurs bénéfices attendus), qui virent 100 de leurs 1 700 collaborateurs ; c’est Mashable, dont la valeur était estimée à 250 millions de dollars en 2016, et qui vient d’être revendu pour 50 millions à peine de malheureux billets ; c’est Vice, qui rate de 800 millions de dollars ses objectifs 2017.

Car non seulement la publicité rapporte peu, mais elle est surtout phagocytée par Google et Facebook : c’est là qu’investissent les marques, plutôt que sur les médias… qui font le contenu de ces deux plateformes.


 
En cause aussi, il faut bien le dire, les vieux réflexes : concernant l’affaire Cracked, Scripps explique simplement que, le magazine étant moins profitable qu’estimé, ils doivent prendre des décisions drastiques. Le choix de virer, au bout d’à peine un an, toutes leurs plumes historiques —qui ont hissé ce titre du statut de webzine confidentiel à celui de phare numérique de la pop-culture en quelques années à peine— pour commander des textes à bas-prix écrits par leurs lecteurs, a, tout de même des relents de vieilles habitudes managériales bien connues des amateurs de presse, papier comme web.

Petit hommage, donc, avec ce tout premier épisode de « After Hours », le show fondateur dans lequel ils disséquaient jusqu’à l’écœurement toutes les gemmes du cinéma populaire américain. Des 4 visages qu’on y voit, aucun n’est plus chez Cracked. Seul épargné des limogeages en gros, Soren Bowie avait quitté le site quelques mois plus tôt, pour devenir une plume de American Dad. Michael Swaim, lui, se lance dans la production de podcast sur Small Beans, tandis que The Modern Rogue, petit signe qui ne paye pas de mine mais devrait monter en grade dans les mois qui viennent, ouvre grand ses portes à l’équipe. Le rédacteur-en-chef responsable de tant de créativité et de barres de rire, lui, s’est reconverti chez How Stuff Works.


 
Rest in Peace, Cracked Team, whose spirit will always be with you, and us. You were simply the best. Or simply were the best ? How are we supposed to write that ?

Pauvre

Connaissez-vous le LOMIGA ? Eh bien, faites connaissance : c’est un droit pour lequel vous pourriez bien être amenés ou amenées à vous battre dans les mois et décennies qui viennent.

Le combat pour le LOMIGA vient tout juste d’être lancé, et inventé, par Alex Lo, l’un des éditeurs du South China Morning Post, périodique hong-kongais.

Le LOMIGA, c’est l’acronyme qu’on a trouvé pour le Logement Minimum Garanti. Car un salaire minimum, c’est bien, mais une surface minimum pour vivre, c’est important, aussi.
Or, Alex Lo explique :
« L’un des développements les plus significatifs et pernicieux de Hong Kong, entamé sous le mandat britannique et devenu un véritable parasite pour l’économie, est la façon dont nous organisons le marché du logement. C’est une des raisons pour lesquelles nous avons sur notre territoire quelques unes des plus grandes fortunes du monde, et l’un des marchés immobiliers le plus chers, tandis que 200 000 personnes vivent dans des appartements découpés en plus petits appartements encore. Sur ces 200 000 habitants, un sur trois vit dans un unité faisant en moyenne de 15 mètres carrés —c’est moins qu’une cellule de prison, lesquelles font environ 22 mètres carrés. Le reste habite, selon les données officielles, dans des unités allant de 22 à 42 mètres carrés. »

L’an dernier, déjà, le Guardian consacrait un reportage photo à « la vie en cercueil », et comment certains Hong-Kongais s’organisent pour vivre dans des boîtes à peine plus grande que la dernière qui nous accueillera.

C’est effrayant et c’est par ici.

Riche

À l’inverse, les plus fortunés du monde seront ravis d’apprendre que le Ritz-Carlton de Riyad, transformé en prison pendant plus de trois mois par le prince Mohammed Ben Salman, va rouvrir ses portes ce 11 février, nous apprend le Times of India.

Ritz Carlton Ryad ouvert

L’hôtel Ritz-Carlton de Ryad © ritzcarlton.com

Réservez votre chambre en ligne au bout de ce clic !

Humain

Vous l’ignorez peut-être, humains, mais pour vivre, vous avez besoin d’eau. Sans doute serez-vous vous donc intéressés et intéressées par le combat d’un village du nord des États-Unis : celui de la petite commune de Osceola Township (900 habitants ayant en majorité voté Républicain aux dernières présidentielles américaines), qui s’oppose à la plus grande entreprise agroalimentaire du monde, Nestlé. Cette dernière commercialise déjà l’eau du coin sous la marque Ice Mountain, et veut construire une nouvelle station de pompage pour extraire, non plus 950 mais 1 500 litres d’eau par minute de la source locale.

Les études fournies par Nestlé affirment que ce changement n’affectera aucunement l’aquifère. Les villageois demandent d’autres études, indépendantes, pour en être franchement convaincus, nous apprend le fil info de la fondation Good Planet.

Le site d’infos dédiées à la question environnementale donne la parole à Peggy Case, présidente de l’association Michigan Citizens for Water Conservation, qui explique la cause de ses inquiétudes : « Nestlé a la réputation d’aller dans des communautés rurales pauvres, d’y faire miroiter des avantages économiques qui ne se matérialisent jamais et de pomper autant d’eau que possible jusqu’à ce que les ruisseaux s’assèchent et ensuite ils s’en vont ». La multinationale suisse répond de son côté que qu’elle apporte 18 millions de dollars de recettes par an à l’État du Michigan, dont 2,4 millions en impôts en 2016, et une bonne cinquantaine d’emplois rien que dans le comté d’Osceola Township. La municipalité, enfin, affirme que l’accord avec la firme est le seul moyen de garantir l’accès à l’eau potable à bas prix et long-terme pour les habitants.

Tout cela se joue, nous rappelle aussi Good Planet, sur fond d’un bouleversement économique majeur : en 2016, pour la première fois, les ventes d’eau ont dépassé celles des sodas, avec 16,42 milliards de dollars contre 12,46 milliards. Suffisant pour conclure par « À votre santé » ?

Vert

Le Brexit sera Vert, ou ne sera pas ! Tel est du moins le point de vue de Jenny Jones, membre du parti, justement, Vert, au Royaume-Uni et élue de la chambre des lords (elle est par ailleurs baronne). Pour elle, « le vide de lois » qui se profile avec la fin de l’appartenance du Royaume à l’Union Européenne est l’occasion de pousser l’agenda écologique. Cela notamment grâce à la fin de la PAC et ses subventions à l’agriculture intensive, et la chute du paravent de l’UE, derrière lequel ont longtemps eu tendance à se cacher les gouvernements précédents pour expliquer qu’ils ne pouvaient rien faire d’eux-mêmes pour lutter contre la pollution.

Elle s’en explique à Open Democracy :
« Nous travaillons sur un projet de loi, où la responsabilité d’atteindre les objectifs du pays en termes de pollution de l’air reviendrait à l’Agence pour l’Environnement (« Environment Agency », ou EA, NdR). Les citoyens pourraient alors l’attaquer en justice si elle faillit à sa mission, en raison des conséquences d’un tel échec sur la santé de chacun. Et nous pourrions étendre ce principe à d’autres événements, comme les inondations ou la pollution du l’eau due, par exemple, au gaz de schiste. Pour bien faire leur travail, les agences comme l’EA se retrouveraient dès lors en première ligne et seraient forcées de renforcer leur pouvoir, leurs ressources et leur indépendance pour répondre à leur mission. Je pense que c’est le chemin le plus rapide pour changer les choses, plutôt que de créer de nouvelles agences et d’ajouter encore un étage à la bureaucratie. »

Parent

Encore un mot pour la planète, avec la sortie d’un nouveau livre, repéré par The Verge et fait pour combler les angoisses des hommes et femmes ayant la dure responsabilité d’être parents dans notre époque troublée. La question : « Comment parler du réchauffement de la Terre à mes enfants ? » trouve en effet peut-être une réponse avec The Tantrum that saved the world (« Tantrum » pouvant être ici traduit par « caprice »), un livre —pour enfants, donc— se focalisant sur les solutions plus que sur les problèmes posés par le bouleversement climatique.

livre pour enfants réchauffement climatique

Image extraite de « The Tantrum that Saved the World », de Megan Herbet et Michael E. Mann © Wolrd Saving Books

Créé grâce à Kickstarter, le livre est actuellement en cours d’impression et peut être précommandé ici.

En résumé, la semaine commence très mal pour les geeks, les humains et les pauvres, un peu moins mal pour les parents écolos, et s’annonce radieuse pour les plus riches des plus riches.