Horoscope

Votre horoscope tribal du 22 au 29 janvier

revue presse bollywood cinéma
Bareilly Ki Barfi, de Ashwiny Iyer Tiwari. © YouTube/Junglee Pictures

Chaque lundi, la revue de presse internationale de PostAp Mag, sous forme d’horoscope tribal.

Cette semaine sur l’air du très galactique « Solari », de Ryuichi Sakamoto.


Ou


Le signe de la semaine : Artiste

La Singapore Art Week bat son plein et cette année, la foire d’art contemporain a organisé son programme autour de trois thèmes : « discover, experience, engage ». De nombreuses événement parmi la centaine d’expositions, installations, séances de cinéma, ateliers, conférences et performances présentées sur les 12 jours de programme, y seront en effet interactifs.

Nous vous conseillons surtout d’y voir 5 rehearsals of a wedding, Accelerated Intimacy, All the King’s Horses et Alone but lonely, et peut-être d’aller faire un tour aux 8° France + Singapore Art Awards, mais surtout pour dire que vous y étiez.

(Cliquez sur les liens pour voir les images).

Oui, on aurait préféré vous les montrer directement, les images, mais notre mail à l’attaché(e) de presse pour obtenir les droits nous est revenu avec un message d’erreur indiquant que « la boîte est pleine. »

Remarquez, cela nous donne l’occasion de montrer leur teaser qui, étonnamment, ressemble plus à une pub iPhone qu’à de la promo pour un festival d’art contemporain, ce qui d’ailleurs est peut-être loin d’être idiot.

La Singapore Art Week 2018 se tient du 17 au 28 janvier 2018. Plus d’infos sur Artweek.org.

Via ArtRadar.

Amoureux

C’est aussi la fête à Bollywood, où les 63° Filmfare Awards viennent de s’achever. Le prix de la réalisation a été emporté par la cinéaste Aswhiny Iyer Tiwari, pour le film Bareilly Ki Barfi, une adaptation hindi de Le Sourire des femmes, best-seller du très mystérieux auteur français Nicolas Barreau (qui pourrait bien être en réalité le pseudonyme de Daniela Thiele, une autrice allemande).
 

 
Bref. Bareilly Ki Barfi est une belle histoire d’amour comme les aime à Bollywood, nouée autour d’un livre, comme on les aime ici. Autre nominé, déçu donc, de la catégorie, le réalisateur Saket Chaudhary, n’est pas reparti trop mécontent pour autant : son film Hindi Medium fut l’autre gros succès de la soirée, emportant les prix du Meilleur Film et celui du Meilleur Acteur pour l’interprète Iffrin Khan.

Cette comédie autour de la difficulté d’inscrire son enfant dans une bonne école de Dehli aura été « l’un des films les plus aimés de l’année », à en croire le Times of India, le journal à l’origine du festival.
 

 
Parmi les gagnants de la soirée, citons également Ranveer Singh et Shah Rukh Khan. Ces deux stars de Bollywood —le premier a 32 ans, le second, surnommé « SRK », 20 de plus (même s’il en fait une trentaine sur son Instagram)— ont été fort remarqués pour leur pas de danse en compagnie de la Miss Univers, Manushi Chhilar.

Sobrement, la top-model indienne de 20 ans s’est contentée de retweeter le message de Miss India qualifiant le moment de « pure magie ».

Via The Times of India.

Cryptotrader

Si vous vous intéressez, même d’un peu loin, au bitcoin, vous avez peut-être remarqué, ces derniers temps, comme un changement de température. Hier trendy, désormais les bitcoins énervent tout le monde. En résumé : ça pollue, ça peut ruiner le monde, d’ailleurs ça va vous ruiner, faut y arrêter.

Loin de nous l’idée de vous dire quoi faire de vos bitcoins, ou même de votre argent d’une manière générale, mais nous avons tout simplement craqué pour ce bref article du Business Insider.
Enfin, surtout pour son titre : « OF COURSE governments won’t give up control of money – that’s why crypto is crashing » (« ÉVIDEMMENT que les gouvernements ne vont pas renoncer à contrôler la monnaie —c’est pour ça que les cryptos s’effondrent »).

Le reste de l’article est à l’avenant, et sa conclusion pas précisément ambiguë : « Le Bitcoin va perdre la bataille. »

Pour l’instant bien entendu, pas de panique : il remonte.

Via The Business Insider.

Vélorutionnaire

Vous êtes cycliste ? Allez, avouez, vous y avez déjà pensé : les vélos pliables, c’est bien ; mais ce qui serait vraiment bien, ce serait les roues pliables.

Eh bien c’est fait, grâce au designer italien Andrea Mocellin et à sa « REVOLVE Wheel ». Un pneu sans air, une jante en acier, carbone et fibre de verre, et vous voilà à même de transporter partout vos roues avec vous, à la cool, du Starbuck’s au bureau.
 

 
C’est sûrement très utile, mais on ignore encore à quoi. N’hésitez pas à contacter la rédaction pour nous expliquer, on est toujours très curieux de tout.

Via DesignTaxi.

Cinéphile

Bonne semaine également pour les cinéphiles ou, du moins, ceux du deuxième décan, c’est-à-dire les amateurs de cinéma dit « de genre ». Du genre horreur, par exemple.

Parce qu’il fallait bien que quelqu’un le fasse un jour, le dessinateur et auteur de comics Shaenon K. Garrity (l’artiste derrière Narbonic ou Skin Horse par exemple) s’est lancé dans le très sympathique projet en ligne « Horror every day ». Le concept est assez simple : chaque jour de l’année 2018, l’ami geek vous conseillera un film d’horreur à regarder.

Ce 22 janvier, c’est L’Exorciste. Si vous ne l’avez pas vu, sachez, avant de suivre le conseil les yeux fermés qu’il s’agit d’un film qui, regardé en de bonnes conditions, peut s’avérer terrifiant.

Pour rappel, une scène dans laquelle rien d’autre ne se passe qu’un personnage qui marche dans la rue peut par exemple vous y glacer le sang :
 

 
Si plonger ou replonger dans ce cauchemar ne vous intéresse pas, ça peut-être l’occasion de réviser l’histoire du démon mésopotamien qu’on aperçoit au début du film, le dieu des vents du sud, celui des sécheresses et des tempêtes, ce bon vieux Pazuzu, le porteur de calamités.

Via Metafilter.

Lanceuse d’alerte

Ce sera une semaine plus en demie-teinte pour Talia Jane.

Rappelons qu’en 2016, une drôle d’idée est passée par la tête de cette jeune femme d’alors 26 ans. Elle s’est en effet permis d’écrire une lettre à son patron pour demander si, vus les prix du logement sur la région de San Francisco où elle travaillait, et les bas salaires pratiqués par son entreprise, il serait possible d’envisager une augmentation. Bien entendu, elle a été renvoyée dans l’heure.

Mais comme elle bossait pour une des stars de la nouvelle économie, Yelp, l’info a beaucoup plus aux médias. Une longue campagne médiatique s’en est suivie, opposant la presse conservatrice, aimant à se moquer de cette « entitled millenial » (qu’on pourrait traduire par « cette bobo qui se croit tous les droits »), à une presse plus tournée vers la jeunesse, comme Vice, qui en fit l’exemple parfait d’une génération sacrifiée, dans un pays ne connaissant aucun salaire minimum au niveau fédéral, où les études coûtent une fortune, et où les prix, justement, de tous les environs de la région, montent naturellement mais vertigineusement depuis que toujours plus d’ingénieurs huppés, venus travailler à la Silicon Valley, y débarquent.


 
Cette semaine donc, elle revient en détail sur son aventure pour le New York Post. Comme toujours, la célébrité soudaine, éclatante et brève, l’a laissée vide, écœurée et triste. Mais elle dit ne rien regretter, puisque, explique-t-elle « ce qu’oublient systématiquement de préciser mes critiques, c’est que ma lettre a fonctionné. C’est crucial. Elle a fait parler de la hausse des loyers de la région […] Environ 150 de mes collègues ont confirmé à la direction ce que j’expliquais dans mon courrier […] et le 28 avril 2016, les salaires pour ce poste passaient de 12,25 à 14 dollars de l’heure. »

Aujourd’hui, elle cherche toujours un job, a commencé à écrire sur des sites et des blogs d’humour, vient de s’installer à New York et, conclut l’article, « elle est maintenant suffisamment forte pour recevoir tous vos messages à tjbenora@gmail.com ».

Via le New York Post.

En résumé, c’est une bonne semaine qui s’annonce pour les artistes et les cyclistes. Elle sera plus sombre en revanche pour une lanceuse d’alerte, et nuageuse sur le bitcoin avec, pendant 24 heures, une belle éclaircie sur Pazuzu, le dieu assyro-babylonien qui ravagea la pauvre Regan McNeil dans L’Exorciste, le film aux 2 Oscar de William Friedkin. Mais elle sera excellente, surtout, pour les amoureux. Et Bollywood.

Bonne semaine !