Mode d’emploi : cette playlist se savoure évidemment mieux en parcourant le magazine… Par exemple, notre feuilleton de l’été, aux frontières entre la réalité et la fiction, les derniers livres recensés par notre librairie en ligne, notre interview des créateurs de La Zona, ou nos conseils aux entomophages amateurs

C’est l’été en France, et le soleil tue. Métaphoriquement seulement pour l’instant. Profitons-en (pour agir ?). S’il n’est pas question de fléchir (sauf sur notre rythme de publication en raison d’un repos estival mérité), il est bien question ici de se rafraîchir avec notre nouvelle playlist ! Voici donc un petit voyage au fil de l’eau et quelques rencontres musicales pour agrémenter votre écoute des morceaux soigneusement sélectionnés par la rédaction. Si vous n’avez pas de bateau, et que votre imagination reste à quai, plongez donc vos pieds dans une bassine d’eau tiède agrémentée de gros sel gris, afin de glisser un parfum d’authenticité dans cette odyssée musicale…

Nous savions —le titre le disait— que Space Cries, le nouvel EP d’Ed Mount, allait nous séduire, voire nous envoûter avec sa pop aux fragrances des années 80… Nous n’avons pas été déçus. Loin de là : nous avons trouvé notre son idéal pour préparer l’apéro, bien évidemment à consommer avec modération (l’apéro, pas le son, surtout pas le son) !

Ed Mount Space Cries

SpaceCries, nouvel EP de Ed Mount.

 
Jon Hassell, lui, résonnera agréablement dans tous les habitacles de voiture, pour des balades sur fond de crépuscule doux, inspirant la méditation. Les yeux fermés des passagers, leurs têtes dirigées vers la lumière filtrant au travers des branches de préférence, histoire de s’inspirer de Brion Gysin avant qu’il n’invente la dream machine.

C’est le moment d’enchaîner sur Kadhja Bonnet, et son délicieux accent anglais, pour favoriser les rencontres, réveiller les papilles et, comme dans les danses traditionnelles américaines, « Embrasser votre partenaire ! », tout en laissant Jonny Drop, The Waxidermist et Georgia Anne Muldrow terminer les préparatifs du repas. La fine équipe a, signalons-le au passage, récemment évoqué l’idée d’un album commun. De quoi réveiller les cerveaux et les envies, faire fuser les idées et cette saine énergie que seule la musique sait générer, à toute heure du jour et de la nuit, surtout de la nuit pour Jimi Tenor et son « Mysteria, aahh ahh ahh… ».

Pour finir la soirée en beauté, Eddy La Viny nous fait vivre à distance un after qui tiendrait sur deux espaces : une scène et un chill out. Naviguer entre les deux serait le seul moyen de profiter à plein d’une programmation de dingue. Elbi, Rone, Essaie pas, A Band of Crickets, Nicholas Payton, Melo-Zed, Mount Horeb, 8tm, Gary Davenport, Juicy, Camara, Jay-Jay Johanson, Midori… Comme toute belle soirée d’été, nuit et jour se confondent, rêves et réalités se mélangent…

Et c’est bon comme ça, car demain à nouveau il fera beau.

Au moment d’aller se coucher, on entend du son venant de la roulotte voisine, on ouvre la fenêtre qui donne sur celle des voisins, et on aperçoit un type en caleçon bariolé qui bricole des synthés. Au-dessus de son Rhodes, une pancarte : Soft Sync. Et la grasse matinée peut commencer.

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez en cadeau le Paris-Apocalypse City Guide !

Vous serez ainsi au courant de toutes nos offres à venir, de nos événements et de nos projets d’articles ou de développement.

En soumettant ce formulaire, vous acceptez expressément que nous utilisions votre adresse mail pour vous envoyer des newsletters régulières.

Promis, nous vous spamerons pas, nous ne vous enverrons que des infos sur la vie du magazine et ses productions et nous ne communiquerons jamais votre email à des tiers.

Vous pouvez également télécharger gratuitement ce guide sans vous inscrire à notre newsletter en cliquant ici.

Non merci.