À Hong Kong, Pat Wing Shan Wong raconte son confinement en images délicatement planantes

Coup de foudre pour ces flashbacks du confinement, en douceur et en lumière.

Temps de lecture : 2 minutes

Née à Hong Kong, où elle obtient son premier diplôme de Média Créatif, Pat Wing Shan Wong est ensuite partie à Londres passer son Master de Design en communication visuelle.

Elle dessine aussi, et surtout, depuis toujours et, depuis longtemps, sous le nom de Flyingpig (littéralement : « Cochonvolant » mais, plus justement, « Pouleavecdesdents »), parfois pour des marques, comme New Balance, Michelin ou l’office du tourisme hongkongais.

Mais en avril dernier, elle est retournée sur l’île, à la fois parce qu’elle a obtenu un poste d’enseignante, et, confie-t-elle au site It’s Nice That, « parce que j’étais aussi confuse, sur mon identité, en tant qu’outsider, avec toutes les barrières culturelles que ça implique ». C’est alors, poursuit-elle, qu’elle s’est engagée dans un projet pour « dire au revoir convenablement à cet endroit et aux gens. »

Elle a ainsi créé R.A.M. (Random Access Memories), une BD de 44 pages, tirée à 70 exemplaires accompagnés d’une clé USB contenant « un petit bout de sa vie ». Un travail exposé ce mois d’août aux Liquid Gold Studios, une galerie indépendante tenue par un collectif d’artistes dans le centre de Londres.

Elle y dessine le confinement et utilise l’aquarelle et le stylo pour, subtilement, superposer aux images du quotidien une interface d’ordinateur, incarnant ainsi, avec éclat, la routine, sa paix, son enfer, si détachés du temps, présents et absents, que nous avons toutes et tous connue derrière nos portes fermées et nos fenêtres, ouvertes sur la ville dans tout son vide.

Cliquez sur la galerie en ouverture de l’article pour apprécier les images dans toute leur grandeur… et prenez soin de vous.

Découvrez le travail de FlyingPig sur son site officiel, ou suivez-la sur Instagram —où vous trouverez aussi Liquid Studios, lesquels préparent déjà leur prochaine exposition, consacrée à Chenwei Geng.

Article Précédent

Au Maroc, le racisme anti-berbère se porte bien

Article suivant

À Abou Dabi, une start-up révolutionne le sous-marin

Centre de préférences de confidentialité